Diabaty Doré : ‘’le président doit quitter l’effet d’annonce. Depuis 40 jours, il n’a pas encore fait son gouvernement’’

Après plusieurs semaines d’absence dans le pays, le président du Rassemblement Pour le Renouveau (RPR) est arrivé à Conakry lundi 16 avril dans la soirée. Intercepté dès son arrivée par les médias, Diabaty Doré, qui revenait d’une formation dans la sous-région s’est réjoui qu’il n’y ait pas de manifestations pendant ces derniers jours.

« Je voudrais d’abord remercier le chef de file de l’opposition malienne, vous savez que le parti RPR et le parti de l’URD ont un partenariat depuis 3 ans et donc

chaque année, nous sommes invités à prendre part à une conférence nationale. Cette année encore, j’ai été invité par monsieur Soumaïla Cissé à qui je rends hommage ici car c’est un grand homme. Et aujourd’hui encore, après la conférence, j’ai essayé de faire des stages au sein de l’URD. En même temps, j’ai suivi une formation sur la communication politique et le management électoral et après ces formations, nous nous sommes rendus à Accra parce que chaque fin d’année le parti RPR élabore un plan d’action et cette année il était question dans le plan annuel que le président fasse une offensive diplomatique pour rencontrer des partis de la sous-région et nos compatriotes bien sûr. Et nous avons rencontré même la fille de Jerry Rawlings qui est députée pour s’enquerir des réalités des députés ghanéens et aussi parce que vous n’êtes pas sans savoir que d’ici la fin d’année ou l’année prochaine, nous irons aux élections législatives. Donc il est important pour nous le RPR de nous enquérir des réalités de la sous-région parce que nous voulons réellement être à l’assemblée nationale et encore nous imposer », explique-t-il.

Pour le leader du RPR, cette tournée a été bénéfique : «ça nous a apporté de l’expérience, nous avons compris que nous avons beaucoup de problèmes en Guinée ici, parce que ce qui se passe dans les autres pays et ce qui se passe en Guinée, il y a une différence. Donc, aujourd’hui, j’ai rencontré au Ghana et à Lomé des ministres et des anciens présidents d’assemblée nationale. Et après la rencontre des ministres, j’ai été reçu par le présent Faure Gnassingbé qui est actuellement président en exercice de la CEDAO, nous avons échangé sur l’Afrique, la democratie et l’émergence de l’Afrique. Je crois qu’il est important que nous les jeunes politiques fassions la politique autrement. C’est-à-dire aller s’enquérir pas pour faire des copier-coller mais d’aller dans la sous-région, voir comment ça se passe et revenir faire du renouveau, c’est ça aujourd’hui notre crédo sur la scène politique guinéenne», affirme Diabaty Doré.

«Mes premières actions seront de restituer ce que j’ai reçu comme formation et nous allons prendre un émissaire informateur pour tout ce que j’ai reçu comme communication politique et management électoral pour former aussi nos cadres. Ça c’est la première des choses. Deuxièmement, je suis venu pour mener le combat avec nos pères de l’opposition car vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a eu beaucoup de problèmes, j’étais dans la sous-région mais j’étais informé à la lettre. Donc, aujourd’hui le parti Rassemblement Pour le Renouveau va commencer à travailler à travers la formation et après cela nous allons déplacer nos cadres à l’intérieur du pays pour aller encore nous implanter mais j’avoue que franchement nous avons encore beaucoup de choses à faire dans notre pays», a-t-il ajouté .

Tout de même, «je suis très heureux de la politique actuelle car j’ai vu l’image de la rencontre du président avec le chef de file de l’opposition, ils ont échangé et aujourd’hui nous avons presque dix jours où il n’y a pas de manifestation. Moi je pense que le comité de suivi est en train de travailler pour qu’on puisse avoir l’apaisement après ces élections communautaires parce que nous avons besoin de cela car sans la paix aucun développement n’est possible. Alors, je suis très heureux mais qu’à cela ne tienne, nous restons sur notre faim pour voir la suite des choses. En tout cas, je suis très heureux aujourd’hui de voir qu’il n’y a pas de manifestations dans mon pays», dit le président du RPR qui ajoute ne pas être intéressé par le futur gouvernement. «Le futur gouvernement ne m’intéresse pas, ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est comment faire avancer la démocratie, c’est comment faire avancer le parti RPR, je crois qu’aujourd’hui le président doit quitter dans l’effet d’annonce ce n’est pas important. Un président si tu veux changer ton gouvernement tu prends ton bic tu gommes ce que tu veux mais rencontrer ceci, rencontrer cela on n’en a pas besoin. Nous avons beaucoup de choses à faire dans notre pays, il a annoncé qu’il va faire un nouveau gouvernement il y a combien de temps ? Presque un mois et huit jours car moi j’étais là et il a annoncé mais on n’en a pas besoin aujourd’hui. Dans les autres pays, si ça ne va pas, on prend le décret et le lendemain… Vous avez vu ce qui s’est passé avec le petit sûr de Ouattara, quand il a failli le lendemain il a été gommé. Donc, je pense que le président n’a pas besoin de rencontrer Paul ou Pierre aujourd’hui pour former un bon gouvernement. Et j’ai même écouté samedi le président de l’UFR qui a critiqué la gouvernance et il a parfaitement raison. Je crois que ça doit changer et il faut que ça change. Nous avons beaucoup de choses à faire et nous allons continuer la lutte Inch’Allah», martèle-t-il.

Maciré Soriba Camara

628 11 20 98

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire