Connect with us

International

Du poulailler au tribunal : comment le coq Maurice se retrouve jugé pour avoir chanté trop fort et trop tôt

Le gallinacé objet du litige vit à Saint-Pierre d’Oléron (Charente-Maritime), où ses cocoricos dès l’aube agacent un couple de voisins, propriétaires d’une résidence secondaire. L’affaire dure depuis 2017 et suscite de nombreuses réactions.

« Si mon coq pouvait parler ? Il dirait ‘Foutez-moi la paix et laissez-moi chanter !’ Point barre. » Corinne Fesseau, la propriétaire de Maurice, le confirme : le gallinacé aime pousser la chansonnette chaque matin vers 6h30. Trop fort et trop tôt pour deux de ses voisins. A tel point que leurs accusations lui ont valu un procès qui s’est tenu jeudi 4 juillet. Mais son cocorico n’a pas résonné dans la salle d’audience. Le coq n’a pas mis une patte dans le tribunal d’instance de Rochefort (Charente-Maritime). Corinne Fesseau l’a représenté. Il était également soutenu par des congénères : comme ils l’avaient annoncé, plusieurs propriétaires de coqs ont fait le déplacement avec leurs volatiles. Attila, Jean-René et Casanova l’ont défendu bec et ongles. Le tribunal d’instance de Rochefort rendra son jugement le 5 septembre. D’ici là, une conciliation peut encore avoir lieu.

Maurice, lui, est resté bien au chaud dans son poulailler, à Saint-Pierre d’Oléron, où il vit depuis 2015 avec toute une basse-cour. « La communauté de communes a dit qu’on pouvait avoir des poules, pour parvenir à zéro déchet dans chaque foyer, raconte à franceinfo Corinne Fesseau, chanteuse locale connue sur l’île d’Oléron. L’idée est venue de là. Je voulais des poules de Marans, car elles font des œufs magnifiques. Un copain m’a offert un poussin de cette race. » Le gallinacé grandit. Et un matin, à l’instar de sa propriétaire, il fait des vocalises. Le mis en cause avait bien trompé son monde.

On croyait que c’était une petite poulette !Corinne Fesseau à franceinfo

Jusque-là, elle possédait Choupinette, Tartiflette, Mimolette et donc Mauricette. Mais pour cette dernière, « il a fallu rectifier »« C’était tout trouvé, mon grand-père s’appelait Maurice ! Il y avait ‘Il faut sauver Willy’, là c’est ‘Il faut sauver Maurice’ ! », s’exclame Corinne Fesseau. Cette femme de marin-pêcheur, implantée depuis trente-cinq ans sur l’île d’Oléron, dit prendre « tout ça avec humour ». « Haute en couleur », l’artiste insulaire « défend son bout de gras », sans être « odieuse », dixit son avocat, Julien Papineau.

« Les Fesseau ont un tissu de relations »

Quand Corinne Fesseau s’aperçoit que sa poule est en fait un coq qui chante, elle s’inquiète pour ses voisins. « Mais pas ceux de derrière », reconnaît-elle. Or, son poulailler est installé en bout de parcelle. Dans cette zone pavillonnaire, les maisons sont proches. Une résidence secondaire, construite en 2004, se trouve juste derrière leur clôture. « La chambre des Biron est située à deux mètres du poulailler », assure à franceinfo leur avocat, Vincent Huberdeau.

Sollicités, les Biron ne souhaitent pas s’exprimer. « Ils sont très discrets, un peu effrayés par ce tapage médiatique », justifie leur conseil. Ce couple de retraités âgés de 68 ans habite près de Limoges (Haute-Vienne). « Lui était mécanicien agricole, elle petite fonctionnaire. Elle connaît bien l’île d’Oléron, elle s’y rend en vacances depuis son enfance. Ils ne sont pas des sous-citoyens sous prétexte qu’ils viennent peu souvent. Pourtant, ils se sentent agressés, considérés comme des étrangers depuis le début de cette affaire », argue Vincent Huberdeau. Et d’ailleurs, d’après l’avocat, si l’affaire a pris une telle ampleur, c’est parce que « les Fesseau ont un tissu de relations ».

« Qu’est-ce que vous comptez faire de votre coq ? »

Les cocoricos de Maurice troublent la quiétude des Biron. Ils débarquent chez les Fesseau en avril 2017, alors qu’on fête Pâques et ses traditionnels œufs. « Qu’est-ce que vous comptez faire de votre coq ? » demandent-ils,« sans dire bonjour », selon Corinne Fesseau. « Je leur ai répondu de mettre des boules Quiès pour éviter d’être gênés. » « Il y a eu deux contacts, relève l’avocat des Biron. La première fois, madame Fesseau était très à l’écoute. Mais quinze jours ou trois semaines après, son mari leur a raccroché au nez. » Alors les Biron envoient des courriers en recommandé. Ils demandent aux Fesseau la cessation des nuisances sonores.

Rien n’y fait. Maurice lisse son plumage roux et noir aux reflets moirés, secoue sa crête rouge et chante à tue-tête. Corinne Fesseau dispose des boîtes d’œufs sur les murs du poulailler et tente de cacher le lever du jour. Elle double les parois. « L’ensemble de la cabane est opacifiée avec du carton épais », assure Julien Papineau. Maurice rentre dans sa cabane vers 18h30 et n’en ressort qu’à 8h30. « Il chante à l’intérieur », remarque la propriétaire du coq. « Le calfeutrer n’a pas été concluant », note l’avocat des Biron, Vincent Huberdeau. Ses clients sont toujours gênés par les envolées vocales du gallinacé.

« On protège les bruits de la campagne »

Et pourtant. Depuis début 2018, Maurice ne chante plus dans la journée. Il reste sans voix devant ces voisins qui veulent lui clouer le bec. Mais il continue à pousser des cocoricos chaque matin, comme le constate un huissier. Missionné par les Biron, ce dernier observe que le coq chante bien par intermittence entre 6h30 et 7 heures. « Ces jours-là, on est sûrs que le coq a chanté. Les autres jours, rien ne permet de l’affirmer », objecte Julien Papineau. Le créneau horaire matinal pose problème. « Mes clients ont du mal à se rendormir et appréhendent de se coucher. C’est un trouble anormal du voisinage. Une nuisance sonore, comme on pourrait l’avoir avec une tondeuse, un chien, du bricolage », riposte Vincent Huberdeau.

Ce n’est pas une agression contre le coq : mes clients n’ont rien contre la volaille en général. Ils ne veulent pas la mort de l’animal, ni la mort du monde rural.Vincent Huberdeau, avocat à franceinfo

Car au fil du temps, Maurice est devenu, bien malgré lui, le symbole d’une ruralité menacée. L’incarnation d’un combat mené pour sauvegarder l’authenticité des petites communes érigées près des réserves naturelles. Le pot de terre contre le pot de fer. « On protège les bruits de la campagne »,insiste Corinne Fesseau auprès de franceinfo. « Que doit-on interdire ? Le chant des tourterelles, le cri des mouettes ? Nous sommes sur une île, les oiseaux tous les matins qui gazouillent ? Les cloches qui sonnent ? » écrit-elle dans une pétition lancée le 12 juillet 2017« pour sauver Maurice ». Deux ans plus tard, le texte recueille plus de 117 300 signatures.

« Le symbole d’un éternel conflit français »

Corinne Fesseau a le soutien du maire de Saint-Pierre d’Oléron. Christophe Sueur a pris un arrêté pour préserver « les modes de vie liés à la campagne notamment pour ce qui concerne la présence des animaux de la ferme », en s’appuyant sur le caractère à « dominante rurale » de l’île. « Aujourd’hui c’est un coq, demain ce sera quoi ? Les mouettes, le bruit du vent, notre accent ? » s’interroge l’édile. Il n’est pas le seul à s’en préoccuper : Bruno Dionis du Séjour, maire de Gajac (Gironde), 400 habitants, a annoncé, le 4 juin, vouloir faire classer les bruits de la campagne au « patrimoine national ».

Batailleur, orgueilleux et conquérant, le coq est depuis toujours l’emblème de la France. Maurice était celui d’une marche, organisée à Saint-Pierre-d’Oléron en août 2017. Il a sa propre page Facebook et revêt un « gilet jaune » en soutien au mouvement à l’automne 2018.

Le 23 juin, il est même élevé au rang de star internationale, quand le New York Times (article en anglais pour abonnés) fait ses choux gras de cette affaire.

« Le coq est devenu le symbole d’un éternel conflit français entre ceux pour qui la campagne est un simple décor de villégiature et ceux qui y vivent vraiment », écrit le correspondant du célèbre quotidien américain. L’avocat des Biron n’est pas de cet avis. « Il s’agit d’un lotissement, nous ne sommes pas à la campagne », réplique Vincent Huberdeau.

« On marche sur la tête »

Puisque Maurice fait la sourde oreille, les Biron ont saisi, au printemps, un juge civil afin d’obtenir la prise en charge des frais de justice, mais aussi et surtout « la cessation sous astreinte de la nuisance », c’est-à-dire « que le coq soit déplacé, ou qu’une solution technique soit trouvée pour mieux isoler le poulailler ». « Je ne vois pas l’intérêt d’enfermer mon coq dans une cage et de le mettre dans ma cuisine, ni pourquoi je le déplacerais alors que les autres voisins, qui sont là à l’année, me disent que ça ne les gêne pas, martèle Corinne Fesseau qui a des attestations du voisinage en sa possession. On verra ce que dit le juge, c’est lui décidera. »

De son côté, son avocat demande 2 000 euros d’amende « pour abus du droit d’agir en justice ». Car Julien Papineau est effaré de voir une telle affaire se régler devant le tribunal : « On marche sur la tête. » Ou plutôt sur la crête. Il y a pourtant au moins un précédent et la jurisprudence est favorable à Maurice. Il y a dix-sept ans, la cour d’appel de Riom (Puy-de-Dôme) a annulé une décision du tribunal de Clermont-Ferrand qui ordonnait la destruction d’un petit élevage de gallinacés en raison des nuisances sonores. Elle justifiait ainsi son arrêt : « La poule est un animal anodin et stupide au point que nul n’est encore parvenu à le dresser, pas même un cirque chinois. » Impossible, donc, d’empêcher un coq de chanter. 

« On espère qu’il retrouvera sa voix »

Le procès de Maurice devait initialement avoir lieu le 5 juin. Mais il a été reporté, pour des raisons formelles d’échanges de pièces entre avocats. Cette fois l’audience a eu lieu, mais son issue est incertaine. Le juge peut encore ordonner une expertise pour mesurer les décibels, car le niveau sonore du chant de Maurice n’a jamais été mesuré.

Son volume a toutefois baissé en intensité : la voix du gallinacé est « éraillée »depuis quelque temps. « On espère qu’il retrouvera sa voix », s’inquiète sa propriétaire, précisant que Maurice est malade. « Il est stressé. Tout le monde l’a vu, l’a touché. Beaucoup de journalistes viennent le voir », indique Corinne Fesseau. Et d’ajouter : « Il a eu une bronchite pendant l’hiver. Il a toujours un ronflement. Il doit prendre un traitement. »

Il est aussi stressé parce que je suis stressée. A force, tout ça ne me fait plus rire.Corinne Fesseau à franceinfo

D’autant plus que Maurice doit veiller sur sa progéniture : depuis peu, il est papa. « Il a quatre poules avec lui. Il féconde tous les œufs. J’en ai pris un et je l’ai donné à la poule d’une amie. Elle l’a couvé, c’est sa mère adoptive. Le poussin a un mois et demi », s’enthousiasme Corinne Fesseau. Elle ne sait pas encore s’il s’agit d’une poule ou d’un coq.

Source : Francetvinfo

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook