Ministère de l’Economie et des Finances: le nouveau promu Mamady Camara décline ses priorités

Le nouveau ministre de l’Economie et des Finances, Mamady Camara a officiellement pris fonction mardi dernier à Conakry. La cérémonie de passation de témoin s’est tenue entre lui et la ministre sortante, Malado Kaba en présence de plusieurs invités de marque.

Dans son allocution de circonstance, le nouveau patron des finances guinéennes n’a pas tari d’éloges à l’endroit de la ministre sortante pour le travail accompli  durant ces dernières années au sein dudit département.

Poursuivant, il a brièvement décrit la situation économique avant d’affirmer qu’une seule alternative s’offre à lui et à son équipe pour faire face aux contraintes majeures du moment. C’est celle qui consiste, dira-t-il, à renforcer la résilience de l’économie guinéenne en la diversifiant à travers une industrialisation basée sur les produits agricoles, forestiers et miniers.

A l’en croire, la politique économique guinéenne doit se focaliser sur la diversification pour répondre aux aspirations des Guinéens à des emplois décents et à un mieux-être. Pour ce faire, poursuit-il, ‘’nous envisageons en collaboration avec mon homologue du Budget, d’augmenter l’assiette du Trésor de la République en améliorant la collecte des ressources intérieures…’’

Plus loin, il a mentionné que pour réussir sa mission, qu’il faudra nécessairement compter sur l’expertise, l’expérience, le patriotisme et le sens élevé des cadres à tous les niveaux de son département.

‘’La mobilisation des ressources intérieures dans la transparence et l’équité doit guider nos actions au quotidien. En matière de mobilisation des ressources internes, nous devons faire preuve d’innovation. Il est impératif que les régies financières portent à un niveau élevé leurs capacités de collecte des recettes. En plus, nous devons envisager de lever des fonds en recourant à d’autres mécanismes, en exploitant mieux le marché des capitaux pour financer le développement de la Guinée, en recourant à l’épargne des Guinéens en mettant à contribution le secteur privé national et international’’, dira-t-il entre autres, avant de promettre de veiller à la qualité de la croissance afin de ne pas faire des laissés-pour-compte dans la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et l’inégalité.

Selon lui, les appuis des partenaires comme le Fonds Monétaire International ne peuvent répondre aux besoins de financement du pays. ‘’Mais avoir le FMI de notre côté peut catalyser la mobilisation d’autres ressources financières plus importantes. Nous devons compter sur nous mêmes d’abord et considérer les apports extérieurs comme purement additionnels…’’

Pour joindre l’acte à la parole, il a informé qu’il compte échanger dans les prochains jours avec l’ensemble des équipes du département pour définir ensemble le cadre et la méthode de travail qui leur permettront de remplir avec succès leur mission et faire face aux priorités de la Guinée.

Youssouf KEITA

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire