Connect with us

Politique

Elhadj Momo Bangoura : ‘’Sékou Touré avait changé la Constitution. Si Alpha aussi veut la changer, il peut’’

Depuis son domicile privé à Ratoma, le doyen Elhadj Momo Bangoura, président d’honneur du Parti démocratique africain-Révolution démocratique africaine (PDG-RDA), ancien parti au pouvoir a réagi vendredi à l’adresse du président Alpha Condé invitant son Premier ministre à ouvrir une consultation avec les forces vives de la Nation autour de la Constitution. Entretien…

Question : Vous avez certainement suivi l’adresse du président Alpha Condé mercredi dernier. Comment vous l’avez appréciée ? 

C’est la position d’un homme responsable. C’est-à-dire, le problème de constitution qui se discute en Guinée ici. Je suis les deux groupes (pro et anti constitution) à travers les radios. Une constitution n’a jamais été définitive, elle est toujours confrontée à une amélioration ou un changement. Cela, je ne fais pas de reproche pour ça. Mais, moi personnellement, je n’ai aucune position pour le moment vis-à-vis de cela.

Les raisons ? 

La nouvelle constitution jusqu’à l’heure actuelle, je ne l’ai pas encore lue, je ne la connais pas. Donc, je ne peux pas me définir à propos.  Je vous dis que le président de la République a le droit d’améliorer, d’amender ou de changer une constitution. S’il le désire, il peut la changer. La constitution ne lui interdit pas de faire ça.

Vu votre expérience, est-ce que vous pensez que la Guinée a aujourd’hui besoin d’une nouvelle constitution ?

Moi, personnellement, retraité que je suis, je suis les mouvements politiques à travers les radios. Si le président Alpha Condé exprime le désir de changer la constitution, je ne le condamne pas pour ça. Mais, je n’ai pas encore lu le nouveau projet de constitution. Donc, je n’approuve pas et je ne rejette pas non plus pour le moment.

Vous avez connu et côtoyé l’ancien président guinéen Ahmed Sékou Touré. Pensez-vous que s’il était à la place du président Condé, allait-il modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir ?

La première constitution de la République de Guinée a été promulguée le 10 novembre 1958, un mois après la proclamation de notre indépendance. Du vivant d’Ahmed Sékou Touré, il y a eu une nouvelle constitution et elle a été instaurée en Guinée en 1982, deux ans avant sa mort. Au temps de Sékou Touré, il y a eu une nouvelle constitution. Ahmed Sékou Touré aussi avait changé la constitution.

Si le président Alpha Condé décide de changer la constitution, je ne vais pas condamner cela. S’il veut la changer, il peut changer.

En face des pro-nouvelle constitution, il y a le Front national pour la défense de la Constitution…

Ce que je constate dans ça, c’est une lutte pour accéder au pouvoir. Ce n’est pas pour la constitution, c’est une lutte pour le pouvoir. Ceux qui luttent aujourd’hui pour avoir le pouvoir exigent le départ du président Alpha en 2020 pour le faire remplacer. C’est dans cet esprit-là, ce n’est pas pour la constitution elle-même.

Comment est-ce que vous analysez le bilan de la gestion du pays par le président Alpha Condé depuis 2010 ? 

Son bilan, je l’approuve. A son arrivée au pouvoir, il a organisé les anniversaires du pays dans les villes de l’intérieur. C’est-à-dire, un anniversaire tournant. À l’occasion de cela, il a fait des infrastructures que j’apprécie. Pour moi, son bilan n’est pas mauvais.

Réalisé par Mohamed Cissé

+224 623-33-83-57

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook