Embrouillamini: le préfet de Mali, le chef de secteur, les Maliens … et la mine d’or de Dimmah

Tout a commencé en ce mois de juin lorsque des orpailleurs venus de la République du Mali ont foulé le sol de Dimmah, secteur situé à 25 de la sous-préfecture de Salambaldhé, préfecture de Mali. Après avoir fait le tour du fleuve pour vérifier sa richesse en or, les Maliens  ont rencontré Thierno  Ibrahima Sory, le chef de secteur pour, dit-on, négocier ce qui serait une mine d’or.

Selon M. Bah, contacté par la rédaction de Mediaguinee, « des orpailleurs venus de la République du Mali sont venus chez  Thierno Ibrahima Sory Bah, chef de secteur, pour négocier avec lui la mine d’or située aux abords du fleuve Dimmah. Ils étaient à moto. Après vérification avec leur testeur, l’effectivité  de la présence de l’or dans le domaine a été confirmée. Ils repartent au Mali dans le but de revenir avec plus de matériels. Cette fois-ci dans un camion. A la frontière guinéo-malienne, ils sont arrêtés par les services de sécurité. Interrogés sur leur provenance avec tous ces matériels, ils répondent qu’ils se rendent à Mali [préfecture enclavée au nord de Labé, chef-lieu de la Moyenne Guinée, ndlr]  chez le chef de secteur de Dimmah avec qui ils ont négocié une mine d’or.  A la question de savoir si les autorités au haut niveau sont informées,  les orpailleurs ont répondu par un ‘’non’’. Ils seront alors transférés au camp d’infanterie de Mali. Le samedi 11 juin dernier,  le chef de secteur est invité à venir s’expliquer sur l’affaire. Mais, par la complicité du vice-président du district de Koyah Thierno Yacine Bah, le chef de secteur prendra ses jambes à son cou ».

Préfet

Elhadj Harouna Souaré, préfet de Mali

Des accusations rejetées en bloc par le vice-président de Koyah qui a nié toute  »complicité » dans la fuite du chef de secteur. « Lorsque le chef de secteur prenait la fuite, on était tous chez le sous-préfet de Salambaldhé. Le sous-préfet est moi étions à l’intérieur de son bureau pour voir comment trouver du carburant pour amener le chef de secteur à Mali-centre. C’est pourquoi, depuis le samedi 11 juin dernier,  je suis au camp d’infanterie de Mali. Ils mont privé de toute liberté tant que le fuyard ne sera pas retrouvé. J’ai appris le 18 juin dernier par le biais des ressortissants de Salambaldhé que le chef de secteur se trouve actuellement à Kédougou, au Sénégal ». Et d’ajouter : «  tout ce que je connais, c’est que des Maliens sont venus chez Thierno Ibrahima Sory. Ils ont négocié la mine d’or avant que ces derniers ne soient arrêtés par les militaires à la frontière avec leur camion chargé de matériel. Lorsque les militaires et les gendarmes,  accompagnés des ces Maliens ont perdu la trace du chef de secteur, ils ont amené le camion à Mali le lendemain. Puisque je suis le vice-président du district, le préfet m’a sommé de le retrouver. Après l’avoir retrouvé, il a pris la fuite pour une seconde fois chez le sous-préfet, c’est pourquoi on m’a arrêté en m’accusant de complicité de fuite ».

Le chef de secteur a-t-il reçu de l’argent des mains des Maliens ? « Les Maliens n’ont pas confirmé avoir remis de l’argent au chef de secteur disparu », répond-t-il.

Interrogé,  le préfet Elhadj  Harouna Souaré a nié lui aussi avoir connaissance du dossier bien qu’il serait celui qui aurait libéré le  vice-président du district de Koyah le lundi dernier aux environs de 14 heures.

Aux dernières nouvelles, ces Maliens, au nombre de 13,  sont incarcérés au camp d’infanterie de Mali. Leur camion est saisi.

Amadou Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé, Moyenne Guinée

620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire