ENTRETIEN-Mamadou Mansaré de la CNTG : ‘’le FMI a demandé d’augmenter de 950 FG le prix du litre à la pompe’’

Mamadou Mansaré est secrétaire général adjoint de la CNTG (Confédération nationale des travailleurs de Guinée) et président de la commission de négociation de l’Inter-centrale CNTG-USTG. Dans cette interview qu’il a bien voulu accorder à notre rédaction, il parle des négociations (qui sont dans l’impasse) avec le gouvernement autour du prix du carburant, de l’attitude des camarades syndicalistes Aboubacar Soumah du SLECG et d’Abdoulaye Sow de la FESABAG, de la suite à donner à la grève déclenchée par l’Inter-centrale…

Médiaguinee : M. Mansaré, où en êtes-vous dans vos négociations avec le gouvernement autour du prix du carburant ?

Mamadou Mansaré : Nous sommes au point mort. Et la partie syndicale s’est même retirée de la table de négociation. Donc, pour le moment, il n’y a pas de négociation. Nous attendons que le gouvernement soit disposé à ouvrir de vraies négociations. Mais nous ne pouvons pas accepter d’aller à des négociations préalablement définies, en disant qu’on a fixé le prix du carburant à 10.000 FG et qu’on a pris des ‘’mesurettes’’ comme les 40 bus, ensuite le Train express. Ce ne sont pas les 40 bus qui font la vie de la Guinée, car ce n’est pas Conakry seulement. Et l’alimentaire ? Aujourd’hui, tout a doublé. Le petit tas de piment se vend à 2.500 FG. Vous êtes une femme et vous savez ce qui se passe sur le marché guinéen. La vie est devenue intenable. On ne peut pas continuer. Et nous voyons dans le budget de l’État qu’il y a des poches de dépense qu’on peut élaguer pour permettre que la population ne souffre pas et que le budget de l’État soit équilibré comme nous venons de le faire. Donc, si on veut ouvrir de vraies négociations, on ouvre les vraies négociations et ensuite si on enlève toutes les fausses poches de dépense, s’il faut maintenant augmenter on verra le juste milieu. Nous savons que le Fonds monétaire a demandé d’augmenter de 950 FG le prix du litre à la pompe au mois de Juillet, le 1er  Juillet. Mais à une condition : ils ont aussi parlé de la corruption. Ils ont aussi parlé de ce budget. Le Premier ministre Kassory, en tant qu’économiste, devait commencer à prendre ces mesures fortes et ensuite demander à la population de serrer la ceinture.

Médiaguinee : Vous avez suivi hier (mardi 10 juillet, ndlr) la marche des Forces sociales. Quel regard portez-vous là-dessus ?

Mamadou Mansaré : Un regard positif. Je dirai bravo à tous ces citoyens qui se sont mobilisés pour défendre  leur pouvoir d’achat. Je sais que le gouvernement Kassory a entendu le cri du peuple. Au lieu de passer de quartier en quartier pour faire passer des messages qui ne sont pas du tout proches de la réalité, qu’ils écoutent plutôt le cri du peuple.

Médiaguinee : Malgré vos menaces avec vos différentes grèves, le gouvernement reste plutôt inflexible. Quelle sera la prochaine étape pour vous ?

Mamadou Mansaré : Le jeudi, on verra. Toutes les options seront sur la table. De la grève perlée à la grève illimitée et même à la marche verte. Vous savez, la marche verte, c’est qu’une heure va être fixée et que tout le monde converge vers un lieu bien déterminé.

Médiaguinee : Dans un communiqué du gouvernement rendu public le mardi, on fait état d’une subvention qui serait plutôt profitable aux opérateurs économiques. Qu’en dites-vous?

Mamadou Mansaré : C’est eux qui le disent. Mais comment voulez-vous que les sociétés minières achètent leur carburant à 7.500 et que toi pauvre, tu achètes ton carburant à 10.000? On aurait fait le contraire. S’il n’y avait plus de consommateurs, on aurait vendu le carburant plus cher aux Chancelleries.

Médiaguinee : Revenons-en au carburant M. Mansaré. Le gouvernement trouve qu’il est trafiqué en Guinée parce qu’il coûte moins cher. Qu’en pensez-vous ?

Mamadou Mansaré : Mais avant, en Sierra Leone, le carburant coûtait moins cher non ? On est au sein de la CEDEAO. Mais si on nous compare à ça, prends le SMIG en Côte d’Ivoire ; c’est combien ? 60.000f CFA. Le SMIG en Guinée c’est combien ? 400.000 FG. Est-ce que tu peux comparer ? Le litre là-bas est à combien ? Prenez la France, le litre là-bas est à combien ? 1,25 euro pour un SMIG de 1200. Alors qu’en Guinée c’est 40 euros et le même produit est vendu à 1 euro. Est-ce qu’il y a comparaison ? En Arabie Saoudite, pays producteur de pétrole, le litre est vendu à 1,50 euro pour 8.000 le SMIG. Alors ?

Médiaguinee : Et si l’on parlait du déchirement dans le syndicat avec le SLECG d’Aboubacar Soumah et la FESABAG d’Abdoulaye Sow ?

Mamadou Mansaré : Ecoutez ! Ça c’est une question que moi je ne veux même pas toucher. Vous avez vu cette photo-là non ?  (indexant une photo accrochée au mur de son bureau) C’est Fofana ! Je suis avec Fofana et le président tanzanien. Ça c’était en 2006. Vous avez vu la photo-là ? C’est là où on a choisi le Premier ministre au palais du peuple. Je ne pense pas que la FESABAG, qui a été des grandes luttes, soit absente de cette lutte pour défendre ce qui est la vérité. Je suis surpris de la position du camarade Sow qui a été plus virulent que n’importe qui quand on a rencontré le Premier ministre. Je pense qu’il va rejoindre la famille. Quant à Aboubacar Soumah, il n’est pas encore une fois de plus secrétaire général du SLECG. Le SLECG, je vous l’ai dit, est une marque déposée. C’est vous, journalistes, qui continuez à dire Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG. Le SLECG c’est une marque déposée comme quand tu dis Mercedes. Est-ce que toutes les voitures se disent Mercedes ? Non ! Toutes les voitures ne se disent pas Mercedes. Si Aboubacar Soumah veut créer une fédération ou une centrale, c’est son droit le plus absolu. Le syndicat des enseignants et chercheurs de l’université, ils ont créé leur syndicat à Mamou avec Baba Mansaré, c’est leur droit. Et ils peuvent s’affilier à n’importe quelle centrale. Mais Aboubacar Soumah s’entête de dire qu’il est secrétaire général du SLECG alors qu’il n’est plus de l’USTG. Voilà le drame ! Donc moi je ne discute pas de ces questions-là. Ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est le pouvoir d’achat du citoyen lambda.

Médiaguinee : Ce sera tout. Merci monsieur Mansaré !

Mamadou Mansaré : Merci!

Interview réalisée par Maciré Soriba Camara

+224 628 11 20 98

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire