Connect with us

Societé

Faranah : les populations confrontées aux tentatives d’enlèvement d’enfants

Published

on

La population de Faranah est plongée de nos jours dans une vague d’amertume et d’inquiétude suite aux tentatives d’enlèvement d’enfants qui commencent à prendre de l’ampleur dans la cité. En moins d’une semaine, deux cas de tentative d’enlèvement d’enfants se sont produits au centre ville de Faranah. Ce phénomène fait grincer les dents et alimente les débats dans les familles, rues, cafés, marchés et autres lieux de rencontre.

Le premier cas a eu lieu le lundi dernier, au quartier Tonkolonko 2 où une jumelle de quatre ans a été enlevée dans la chambre où elle dormait pendant que sa maman et sa jumelle étaient toutes deux couchées au dehors.

Informés de la situation, les habitants de ce quartier se sont mis sur pieds pour retrouver cette fillette. N’ayant pas eu l’occasion de s’enfuir avec l’enfant, l’auteur de cet acte ignoble est allé mettre l’enfant dans un puits se trouvant dans un endroit très isolé et qui est située à plus de 400 mètres de la concession où la victime a été enlevée. Ce n’est que le lendemain dans les environs de 11 heures qu’un garçon qui passait à côté, a entendu l’enfant pleurer dans le puits sur lequel étaient superposés les branchettes d’arbres. C’est ainsi que le quartier a été alerté puis l’autorité communale qui s’est rendue sur les lieux en compagnie de la gendarmerie pour récupérer l’enfant dans le puits. La victime a été admise à l’hôpital pour un contrôle sanitaire avant sa remise à ses parents.

Ce jeudi 2 mai 2019, aux environs de 18 heures, une autre  tentative d’enlèvement d’enfant s’est produite également au quartier Tonkolonko. Sour les circonstances de cette deuxième tentative d’enlèvement, le père de la victime Lamine Cissé nous explique : « J’avoue que le problème de tentative d’enlèvement d’enfant dans notre ville est une vérité. Dans la soirée de ce jeudi, une femme est allée prendre mon enfant et celui d’un autre voisin. Elle les a trouvés à côté de la maison en train de s’amuser. Elle a pris les deux fillettes les invitant chez lui pour aller leur donner de l’argent, mais Dieu m’a sauvé. Mes enfants sont des jumeaux. Il n’a pas réussi à prendre le garçon et c’est la fille qu’elle a pris et une autre fille de la famille voisine et s’est dirigée vers le collège Niger. C’est ainsi que le second jumeau a couru pour aller dire à ma femme qu’une femme portant au dos un gros sac, a pris sa jumelle et l’envoyer. Moi, j’étais parti au camp militaire. Le temps pour ma femme de poursuivre cette voleuse, la malfrat s’est dérobée et a pris la direction de la brousse dans le secteur Massarénkö. Mes femmes et certaines voisines se sont déployées dans divers sens pour rechercher ces enfants. C’est la grande sœur de ma fille enlevée qui est restée sur la colline et a aperçu la couleur de l’habit dont sa jeune sœur portait. En ce moment, la voleuse continuait d’aller dans les buissons avec ces deux enfants. C’est ainsi que ma fille appela sa jeune sœur par son nom « Nagnouma Cissé » et son surnom « M’mah » comme c’est le nom employé par tout le monde à la maison. Sa jeune sœur l’a répondu. C’est ainsi que la femme a abandonné les deux fillettes. Elle courue et traversa le marigot de Massarénkö avant de disparaître. Ma fille qui a retrouvé ces deux victimes est petite. Elle ne pouvait pas pourchasser la malfrat et l’attraper… »

Une situation qui interpelle la population de Faranah à la vigilance et les autorités à renforcer la sécurité des citoyens.

Lanciné Keita, correspond à Faranah

+224 628 464 659

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités