Faranah : l’instabilité du courant fait grincer bien des dents chez les consommateurs

Depuis quelques années, la commune urbaine de Faranah, en Haute Guinée, souffre d’instabilité du courant électrique. Le barrage de Tinkisso qui l’alimentait depuis belle lurette, n’est actuellement pas en mesure de satisfaire les consommateurs. Cela s’explique par l’augmentation de la demande et le non entretien de ce barrage hydroélectrique. Dans le souci de fournir le courant à ses citoyens, l’État guinéen a offert un groupe électrogène pour l’alimentation en courant électrique. Malgré les difficultés économiques qui pèsent sur son dos, l’État ne manque pas de mettre le mazout à la disposition de Faranah pour assurer la desserte du courant électrique à Faranah.
A l’arrivée du nouveau directeur Karfa Sylla à la tête de l’EDG de Faranah, les populations avaient nourri assez d’espoir dans le cadre de l’amélioration de la desserte d’électricité. Deux semaines après sa prise de fonction, les clients se sont frottés les mains. Était-ce une opération tape-à-l’œil ?
Quoiqu’il en soit, la desserte d’électricité alimente les débats tant dans les familles que dans les rues voire même dans les lieux de rencontre de Faranah.
Mohamed Touré, un citoyen que nous avons rencontré confie : « l’affaire de courant est devenue un problème majeur à Faranah. Si avant, on recevait le courant dans tous les quartiers et tous les jours à 18 heures, aujourd’hui, on ne reçoit le courant que par tour. Si c’est ton tour, le courant vient à 19 heures pour partir à 1 heure du matin. Même cela n’est actuellement pas respecté. Le courant vient maintenant à 19 heures et part à zéro heure et cela avec des coupures intempestives. Si ce n’est pas notre tour, on ne reçoit le courant qu’à 23 heures pour être coupé à 2 heures du matin et généralement on ne reçoit même pas ».
Pis, les citoyens du quartier Dandaya où habite le directeur de l’EDG de Faranah se plaignent aux-aussi du même problème.

« Nous payons régulièrement nos factures pour les 30 jours. Mais à faire des calculs, c’est 15 jours que nous consommons. À cela s’ajoute le retard dans la distribution des factures. Nous recevons généralement les factures soit les 10, 11 voire 12 du nouveau mois.
À partir du 15 du même mois, les agents de l’EDG sont déployés sur le terrain pour les coupures », dit Mamady Oularé.
Dans ces derniers moments, l’instabilité du courant électrique a eu de conséquences néfastes à Faranah dont l’endommagement de certains appareils (postes téléviseurs, congélateurs et aussi les ampoules.
Lanciné Keïta, correspondant à Faranah

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire