Connect with us

Politique

Faya : ‘’on a arrêté le projet Simandou à cause de la corruption et le faire revivre encore par la corruption’’

Les mines de fer de Simandou agitent l’opinion. De retour des Etats-Unis, l’opposant Faya Lansana Millimouno, leader du Bloc Libéral (BL) a accusé le président Alpha Condé d’avoir accepté maintenant ce qu’il avait dénoncé hier avec le milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz : la corruption.

Pour lui, ‘’considérer que BSGR avait fait de la corruption pour obtenir les blocs 1 et 2 de Simandou a été la faute grave commise par la gouvernance du professeur Alpha Condé en 2010’’

« Le cas de Simandou, encore une fois, nous savons que la politique minière de notre pays aujourd’hui, laisse à désirer. Nous l’avons dénoncé depuis très longtemps. Je crois qu’aussi longtemps nous n’allons pas travailler pour que nous partions de la bauxite à l’alumine, de l’alumine à l’aluminium, nous envoyons de l’emploi à l’extérieur du pays, c’est le cas de Simandou. Je crois que la faute grave commise par la gouvernance du professeur Alpha Condé par rapport à Simandou, c’est quand le professeur Alpha est arrivé en 2010, il a considéré que BSGR avait fait de la corruption pour obtenir les blocs 1 et 2 de Simandou. Mais qu’est ce qui fait dans notre pays depuis 2010 qui n’est pas de la corruption ? C’est la question qu’il faut se poser », fulmine-t-il. Ajoutant que « cette concession à BSGR, avait des conséquences heureuses pour le peuple de Guinée. Il devait y avoir un port en eau profonde à Benty et le chemin de fer devait être réhabilité de Conakry ici à Kankan et devait être prolongé jusqu’à Simandou. Un chemin de fer devait être également construit de Zogota pour rallier les rails qui vont au port de Buchanan du côté du Liberia. Cela aurait eu des conséquences heureuses pour la jeunesse guinéenne, qui aurait trouvé de l’emploi ».

Poursuivant, il dit que la région forestière, jadis riche, est devenue une poche de pauvreté en Guinée où les jeunes migrent vers les nombreuses mines de la Haute Guinée avant de rejoindre le désert ou la Méditerranée pour tenter d’atteindre l’Europe.

« Vous avez constaté en 2010 à N’zérékoré, l’activité économique était très très dynamique, il y a beaucoup de gens qui avaient fait des investissements, mais allez aujourd’hui en région forestière, un jeune sur deux en région forestière, se trouve dans les mines en Haute Guinée. Donc, ils font partie de ceux qui sont en train de mourir aujourd’hui dans le désert, dans la Méditerranée pour atteindre l’Europe », dit-il.

« Je crois qu’on aurait pas dû arrêter cette marche-là, c’est vrai qu’il avait eu de corruption, nous ne soutenons pas la corruption, le BL aura une politique de tolérance zéro par rapport à la corruption. Mais on aurait réglé le problème, compte tenu des conséquences heureuses que cela aurait eu sur les populations guinéennes. On a abandonné ce projet pour essayer de le faire revivre maintenant sur fond de corruption encore une fois, c’est déplorable », conclut-il.

Thierno Sadou Diallo

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    27 juillet 2019 at 9 h 36 min

    Ce discours de Dr. Faya Millimono est inacceptable et non évident dans sa lecture. Pourquoi ?

    Chacun pourrait dire ce qu’il voudra sur la politique minière du Gouvernement. Peu importe. Mais je retiens au moins deux axes de réflexion dans le discours de Dr. Faya Millimono :

    (1)Dire qu’il aurait fallu laisser faire BSGR continuer le projet en 2011 parce qu’il était de l’intérêt de la Guinée de le laisser construire le port de Benty, les chemins de fer et autres infrastructures minières, n’a pas de sens.

    Quelle différence il y a, entre la position de BSGR en Guinée que le Président de la République a rejetée à temps il y a de cela presque 10 ans et le sulfureux dossier actuellement en ébullition au Sénégal et qui porte sur des royalties de près de 12 milliards de Dollars US et qui auraient été négociées selon la BBC, par Frank Timis et British Petroleum ?

    Dans le cas de Simandou I et II, Benny Steinmetz en Guinée en rapport avec la Brésilienne Vale, joue quasiment les mêmes rôles que Frank Timis en rapport avec British Petroleum dans l’exploration et l’exploitation des ressources en hydrocarbures du Sénégal selon les conclusions d’un Rapport d’enquête très documenté révélé au monde par la BBC.

    Il n’y a pas de doute que la BBC n’est pas du tout une entreprise de propagande au service des Partis d’Opposition du Sénégal contre le Gouvernement Sénégalais !

    Sans aucune démagogie, ce qui arrive aujourd’hui au Sénégal est exactement le danger que le Président Alpha Condé a vu venir en Guinée, il y a presque 10 ans en prenant la décision frontale de remettre en cause le projet ficelé par BSGR.

    L’histoire donne aujourd’hui raison au Président Alpha Condé, en regardant ce qui se passe au Sénégal avec Frank Timis et British Petroleum.

    Sans cette décision du Président Alpha Condé, la Guinée serait tombée dans les mêmes tempêtes politiques et remous sociaux que le Sénégal connait aujourd’hui avec les royalties que Frank Timis aurait négociées alors qu’il ne dispose d’aucune capacité technologique pour faire aboutir l’exploitation des hydrocarbures.

    Frank Timis a tout simplement négocié un contrat minier avec le Sénégal, et après en avoir obtenu le titre minier, il aurait négocié ses royalties avec British Petroleum selon le Rapport d’investigation révélé au monde par la BBC.
    Montant à encaisser par Frank Timis : entre 9 et 12 milliards de Dollars US sur 40 ans !

    (2)Dire que tout est corruption dans le nouveau projet Simandou I et II et dans tout ce qu’il y a en Guinée, est discutable. Quand vous abordez un sujet comme celui de la corruption dans n’importe quel secteur d’activité économique ou financière, il est beaucoup plus sage d’en donner les chiffres sur lesquels vous appuyez votre argumentaire.

    Si vous n’en donnez pas les chiffres, votre discours devient quasiment sans véritable fondement objectif.

    Quels sont vos chiffres et quelles sont vos sources pour que l’on suive votre discours, si par exemple vous avez en matière de gouvernance minière, des avis très différents de ceux de l’ITIE dont le 13ème Rapport portant sur l’année 2017, vient d’être publiés en Juin dernier ?

    QUELS ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION SUR LE NOUVEAU PROJET SIMANDOU I ET SIMANDOU II :

    En ce qui concerne la nouvelle mouture de l’appel d’offres de Simandou I et II, ce qu’il faudrait à mon humble avis souhaiter c’est :

    A : Offrir le maximum de chance de qualification à d’autres grands investisseurs non Chinois, mais qui soient suffisamment solides en termes de concurrence comme ceux de la Chine. Pourquoi ?

    Parce que les Chinois se trouvent déjà largement sur une position dominante dans la région de Boké avec la bauxite.

    Dans cette région de Boké, avec la déferlante actuelle de l’extraction et de l’exportation de la bauxite, les perspectives de protection de l’environnement et des ressources naturelles ne sont pas du tout rassurantes au regard de ce que tout le monde voit avec les entreprises minières Chinoises sur le terrain.

    Les conséquences écologiques et environnementales du développement des projets miniers surtout Chinois, sont encore un immense défi pour le pays, en comparaison des résultats de la CBG.

    B : En dépit des dernières fluctuations du prix du minerai de fer sur le marché international, l’on pourrait noter une bonne tenue des cours par rapport aux niveaux d’il y a 5 ans selon les statistiques vérifiables par tout le monde.

    Le prix d’une tonne de minerai de fer a chuté de 6,2 pour cent à plus de 107 Dollars US début Juillet 2019, en partie en Australie en raison du mauvais temps qui aurait perturbé l’approvisionnement du minerai de fer.

    Le prix selon les Experts est sous pression suite à un appel par l’Association de l’industrie sidérurgique Chinoise sur le Gouvernement Chinois pour maintenir ‘’l’ordre’’ dans le marché du minerai de fer.

    Le minerai de fer pourrait se porter bien au moins jusqu’en 2024-2026 selon les conclusions de nombreux Experts et Cabinets d’études.

    C’est probablement une belle fenêtre de tir pour le Gouvernement Guinéen, pour placer sa barre de façon raisonnable et pour que la Guinée puisse tirer le meilleur profit du projet Simandou I et II.

    C’est cela le véritable combat qui doit être celui du Gouvernement Guinéen. Tout le tableau n’est pas du tout sombre.

    Merci pour la courtoisie de Médiaguinée.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook