Fin de la mission CAF/ FIFA à Conakry pour sortir le football guinéen de la crise: le jour fatidique approche

Deux émissaires de la CAF et un délégué de la FIFA ont bouclé une mission de 48 heures ce week-end en Guinée pour tenter de désamorcer la fronde qui secoue la nouvelle équipe dirigeante de la fédération guinéenne de football.
Huit mois après sa réélection, Salifou Camara, président de la fédération guinéenne de football, est décrié par onze frondeurs de son staff, pour dit-on, des griefs liés à sa gestion.

Cette crise a éclaté en fin mars 2016, lorsque les onze frondeurs, appelés aussi « le groupe des 11 » ont écrit un courrier à leur président dans lequel ils ont dénoncé entre autres l’opacité dans la gestion des finances, l’absence régulière du président au pays.

Un mois après, Salifou Camara a répondu aux griefs des frondeurs point par point. Une réponse jugée insatisfaisante pour le groupe des 11 qui, ont promis de mettre la pression.

Faute de compromis, Salifou Camara a démis de ses fonctions son ancien allié, Ibrahima Barry, au poste de secrétaire général de son institution pour insubordination notoire et manquement grave à l’éthique sportive. Celui-ci est remplacé par Papus Touré.

Peu après, Blasco Barry a rejeté son limogeage. Il est soutenu par le groupe des frondeurs, qui ont décidé, eux aussi, de la suspension de Salifou Camara de ses fonctions.

Au même moment, la commission des arbitres entre dans la danse et annonce sa décision d’arrêter toutes les compétitions nationales de football et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Conséquence, la Ligue guinéenne de football (LGFP) a aussitôt pris acte. Le championnat des Ligues 1 et 2 est interrompu de facto, au regret de tous les fans du football.

Face à la montée des enchères, le ministre des sports et de la culture, Siaka Barry, a écrit aux instances suprêmes de football, la CAF et la FIFA, pour demander d’agir vite.

Quelques jours après, trois émissaires des instances continentales et internationales sont aussitôt arrivés en Guinée pour écouter toutes les parties en conflit. Ce sont le Malien Amadou Diakité, le Camerounais Prospère Abega et la FIFA, l’Italien Corvaro Primo.

En 48 heures, les trois émissaires ont rencontré le ministre des sports, Siaka Barry, le comité olympique, qui a tenté une première médiation, le président décrié et les frondeurs.

Au terme de leur séjour de travail, ils ont quitté Conakry pour rendre compte à qui de droit.

APA

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire