Goubhoye de l’UFDG : ‘’ce n’est pas parce que de petits plaisantins ont porté plainte contre moi que je vais fuir’’

Mamadou Aliou Diallo dit Goubhoye est le communicant de l’UFDG qui avait été arrêté et inculpé avec cinq communicants du RPG Arc-en-ciel (au pouvoir).

24 heures après sa libération, ce jeune très actif sur les réseaux sociaux s’est exprimé samedi dernier devant les militants de son parti à Conakry.

Pour lui, l’information selon laquelle il a fui le pays à cause de la plainte de la Cellule Balai citoyen est fausse.

« J’ai fait 5 jours à Dakar, je n’ai pas pu dormir simplement parce que les gens sont partis mentir sur les médias pour dire que j’ai fui à cause d’une plainte. Et moi, je sais avec tous les autres amis, nous avons ramassé des corps, enterré des personnes, cela ne nous a jamais fait fuir. Pour ceux qui ne le savent pas, le 20 avril 2015, des policiers ont tiré sur moi au niveau des jambes à Bomboly. Nous sommes partis à la clinique extraire les balles, nous n’avons même pas informé un membre de la direction nationale, parce que pour moi, c’est un combat noble, c’est un combat citoyen. Ce n’est pas seulement un combat de l’UFDG. Certains ont dit il faut informer la direction, j’ai dit qu’il y a trop blessés et d’autres sont morts mais moi je suis vivant. Ça, nous pouvons le faire et on l’a fait. Il y a beaucoup qui ne connaissent pas cette histoire. En ce moment pendant plus de deux semaines, on me recherchait dans le quartier, je n’ai pas fui. Ce n’est pas parce que des petits plaisantins ont porté plainte contre moi que je vais fuir », lâche le jeune Ufdgiste, réaffirmant sa loyauté à sa formation politique.

« J’ai beaucoup de choses à dire mais comme la procédure est en cours, je m’abstiens. Seulement, il y a une chose que les gens doivent savoir, si hier Goubhoye se battait pour l’UFDG á 50 %, aujourd’hui, il se bat à plus d’un milliard pour cent.

Nous ne sommes pas contre une personne, nous sommes contre la mauvaise gouvernance et nous ne lâcherons pas ce combat. Et on n’a même pas commencé ce combat. Ceux qui sont en prison, nous ferons tout notre possible pour les libérer, dans le cas contraire, ils (les gouvernants, ndlr) n’ont qu’à construire d’autres prisons parce qu’on ne lâchera même pas », assure-t-il.

La semaine dernière, une plainte de Balai citoyen a envoyé en prison cinq communicants du RPG et un de l’UFDG. Ils sont poursuivis pour propos haineux qu’ils auraient tenu sur les réseaux sociaux. Ils ont été libérés sous contrôle judiciaire.

Thierno Sadou Diallo 

(+224) 626 65 65 39

 

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire