Connect with us

A la Une

Mamadi 3 Kaba, juriste : ‘’nous nous trouvons dans une situation qui n’est plus couverte par la loi’’

Published

on

Au lendemain de la rencontre entre le président guinéen, le professeur Alpha Condé et le chef .de file de l’opposition, Elhadj Cellou Dalein Diallo, le juriste et professeur de droit Mamadi 3 Kaba, en séjour à Kankan, a accordé une interview à notre correspondant local sur ce tête-à-tête. Une interview dont nous vous proposons ici une partie… 

Mediaguinée : M. Kaba, quelle lecture faites-vous de la rencontre du lundi 2 Avril entre le président Alpha Condé et le chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo ?

Mamadi 3 Kaba : Il faut rappeler que cette rencontre doit se faire à chaque fois qu’elle est nécessaire. Et vous savez, le poste de chef de file de l’opposition est institutionnalisé par une loi. A ce titre, il bénéficie de toute une prise en charge par l’Etat. Cela n’est pas fortuit. C’est fait justement pour qu’il contribue à l’enracinement de la démocratie, pour qu’il donne son avis sur la politique menée. Donc une telle rencontre doit être quotidienne. Ce que je déplore simplement c’est le fait qu’elle n’ait lieu que lorsqu’il y a crise, alors qu’elle devrait se faire de façon quotidienne, chaque fois que le débat national l’exige. 

Médiaguinée : Alors, vous, en tant que juriste, quelles leçons avez-vous tirées  de cette rencontre?

Mamadi 3 Kaba : En tant que juriste, il faut dire que c’est une rencontre qui vient à un moment où elle était  nécessaire, parce qu’il  y a une rigidité dans les positions. Il y a l’opposition qui revendique par rapport aux résultats des élections communales. De l’autre côté, il y a la mouvance qui dit coûte que coûte sauvegarder ces résultats. Donc c’est une rencontre qui est venue au moment où il fallait pour décrisper la situation, parce que comme on le dit, il faut des rencontres, des dialogues pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent. 

Médiaguinée : L’un des points de revendication de l’opposition porte sur la restitution de ce qu’elle considère comme ses ‘’voix volées’’. Que dit la loi ?

Mamadi 3 Kaba : Il faut d’abord rappeler que la situation dans laquelle nous nous trouvons n’est plus une situation couverte par la loi, c’est-à-dire que la législation ne prévoit pas de tels mécanismes. Conformément à l’article 114 du code électoral révisé, dès lors que des résultats définitifs sont proclamés par la C.E.N.I, après que les contentieux aient été vidés par des tribunaux de première instance, aucun recours n’est possible. Ça, c’est ce qui ressort de la loi. L’article 99 du code électoral révisé prévoit que les conseils de quartier ou de district seront composés au prorata des suffrages obtenus par des listes de candidature à l’élection communale. Ça voudrait dire que si nous restons en l’état, les quartiers ou les districts dont les procès-verbaux des bureaux de vote n’auraient pas été retrouvés par les C.A.C.V, n’auraient pas de conseils. C’est une question objective qui mérite une analyse objective. 

Mediaguinée : Face à cette crise postélectorale émaillée de violences, quelles pistes de solution pourriez-vous envisager, en tant que juriste?

Mamadi 3 Kaba : Les solutions à envisager seraient entres autres celles-ci: que les revendications portées par les partis politiques, la mouvance ou par les listes indépendantes soient examinées et que les questions objectives qui y sont soient maintenant examinées à nouveau. Quand je parle de questions objectives, c’est celles liées à la composition des conseils de quartier ou de district. Comme je l’ai dit, l’annulation des  procès-verbaux d’un bureau de vote peut ne pas avoir un impact à l’échelle communale ; mais à l’échelle du quartier, cela peut avoir un impact majeur. On ne peut pas faire dos à cette situation. Agir ainsi, c’est faire dos à une situation objective qui peut nous rattraper un peu plus tard.

Alpha Oumar Koïta , correspondant à Kankan

(+224) 622-16-07-20  

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités