Connect with us

Societé

Justice : la Cour d’appel de Conakry dans le viseur des avocats de Guinée

Published

on

Entre la Cour d’appel de Conakry et le barreau de Guinée, ce n’est plus l’amour parfait. Cette juridiction de second degré est accusée par les avocats d’interférence dans leur affaire. Tout est parti d’un concours organisé pour l’intégration d’avocats stagiaires au barreau de Guinée. Après ce concours, seulement 35 devaient être retenus pour intégrer la profession d’avocat, 65 avaient eu la moyenne. Parmi ces 30 qui ont été recalés par le jury du concours bien qu’ils aient obtenu la moyenne, 11 ont prêté serment devant la Cour d’appel.

Ce jeudi 19 septembre 2019, lors d’une conférence qu’il a animée à Conakry, le barreau a qualifié cette prestation de serment d’acte allant dans le sens empiéter l’indépendance des avocats.

« Après le concours, il y a eu 65 admissibles. Parmi ces 65, on a pris 35, tout le problème est allé là. Donc tous ceux qui ont été déclarés admissibles ont attaqué le procès-verbal du jury du concours et d’examen mais également la décision du bâtonnier. On a avait soulevé à l’époque le défaut de qualité des personnes qui se disaient mandataires des autres et la Cour suprême nous avait suivi parce que c’était une évidence. Après, ils ont écarté les autres et c’est seulement 11 qui vont agir directement en saisissant la Cour d’appel et nous avons fait remarquer à la Cour d’appel qu’elle n’a nullement la compétence de modifier le procès-verbal d’un jury de concours », a dit Me Jocamey Haba, avocat au barreau, citant les magistrats de la Cour qui selon lui veulent créer ce problème.

« La Cour ne devait pas le faire, parce que la décision qu’elle a rendue, ne devrait pas être le juge de l’exécution et lorsque l’arrêt a été rendu, personne n’a demandé au bâtonnier de faire prêter serment, on n’a pas été consultés comme ça se doit. C’est le parquet général qui a enjoint au bâtonnier en fixant sa propre date, c’est là que le bâtonnier a répondu en leur faisant comprendre qu’on a aucune injonction à recevoir du parquet. Il n’y a aucun combat entre la magistrature et le barreau, ce sont quelques magistrats de la cour d’appel que nous avons cités. C’est le premier Président Aliou Dramé, son conseiller Niakporo Camara, sa conseillère Adama Nènè Hawa Diallo et une substitut qui est Nènè Oumou Diallo. Ce sont ces personnes qui veulent créer ce problème-là. »

Dans une déclaration rendue publique lors de cette conférence, le bâtonnier a laissé entendre que les avocats bouderont pendant deux semaines les audiences de la Cour d’appel.

« Quatrième résolution enfin, la non-participation des avocats aux audiences de la cour d’appel de Conakry pendant une période de deux semaines et aux audiences du premier président de la Cour d’appel pendant une période d’un mois reconductible », a dit Me Djibril Kouyaté.

Thierno Sadou Diallo

+224 626 65 65 39

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook