Kadiatou Bah du SLECG : ‘’le siège du SLECG n’a jamais été attaqué. C’est Soumah qui a envoyé ses loubards’’ 

Ce matin, le siège du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (Slecg) a fait l’objet d’attaque de la part d’inconnus qui ont cassé et emporté des objets. Le vigile, interrogé par Mediaguinee a déclaré que les agresseurs se disent être en mission de Souleymane Sy Savané, ancien secrétaire général du Slecg.

Kadiatou Bah, l’autre secrétaire générale du SLECG a balayé toute attaque du siège annoncée par son rival Aboubacar Soumah.

« Le siège du SLECG n’a jamais été attaqué. Et je le répète encore le siège du SLECG n’a jamais été attaqué. Le siège du SLECG, est une propriété personnelle du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée et ce siège a été mis sous scellé depuis janvier 2018. Certains individus se réclamant du SLECG qui ont fait une dissidence n’ont jamais respecté les consignes données par la justice. Nous, nous avons toujours cherché à les éviter parce qu’on est légalistes et on a voulu respecter les textes de loi. Donc aujourd’hui, nous avons décidé de de venir vers notre siège pour voir comment ça évolue là-bas, le matériel que nous avons laissé s’ils n’ont pas été attaqués », a expliqué celle qui a succédé à Soulyemane Sy  Savané.

Poursuivant, Kadiatou Bah estime qu’elle n’était pas aux alentours mais plutôt sur les lieux. « Ce sont les membres de l’exécutif du SLECG qui sont venus ouvrir les lieux et Aboubacar Soumah a été appelé, il a envoyé ses loubards pour nous jeter des pierres. Moi, je ne suis pas allée aux alentours, mais c’est sur les lieux que je suis allée mais comme déjà, il y avait l’intervention de la gendarmerie, ils m’ont demandé de quitter. Nous allons continuer la dérogation et maintenant nous allons précipiter notre plainte à la justice. Nous on a porté plainte à la justice depuis le mois de janvier. Si vous voyez que jusqu’à présent le problème n’est pas tranché, nous avons voulu la quiétude. Et nous avons voulu que nous passions par le dialogue social maintenant, ce sont eux qui continuent à aller de dérivation en dérivation », a déclaré Kadiatou Bah.

Depuis plusieurs mois, le SLECG connaît une crise profonde de leadership qui a conduit à une dissidence.

Yaya Dramé

628-38-05-76

 

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire