Kindia : une maladie mystérieuse ravage les bœufs dans certains districts de Kolenten

Une maladie virale très contagieuse décime les bœufs dans certains districts de la sous-préfecture de Kolenten, commune urbaine de Kindia. Cette situation plonge de nos jours, les éleveurs et les bouviers dans un désarroi total, a-t-on constaté sur place.

Après la découverte de la fièvre aphteuse dans certaines localités de la Haute Guinée qui a fait des ravages chez certains éleveurs de ladite région, c’est dans le district de Bokaria précisément à Solima qu’a surgi une maladie mystérieuse qui aujourd’hui continue à ravager le nombre de bétail dans l’enclos de certains bouviers. Trouvé entre plusieurs bœufs, Amadou Saara Diallo, bouvier à Boumdaly, fait le bilan de cette affreuse épidémie.

« J’avais mon enclos devant la maison mais dès que cette maladie à commencer à s’élargir, j’ai fait sortir tous les bœufs pour pouvoir brouter de l’herbe. Cette maladie a tué plus de trente bœufs dans mon enclos. Un jour, j’ai enregistré la mort de 13 bœufs et nous étions obligés de les enterrer car on ne peut pas revendre la viande dans cette situation. Tous les enclos qui sont autour de nous, sont remplis de bœufs malades et chaque jour qui passe nous aurons au minimum trois bœufs tués par cette maladie. Donc nous appelons aux autorités de nous aider à avoir des remèdes efficaces pour qu’on puisse se débarrasser de cette maladie », lance-t-il

Du côté de Solima, vers Kaly Abdoulaye Bah qui venait d’enterrer un veau a expliqué les symptômes de cette maladie.

« Cette maladie a commencé de tuer nos bétails il y a de cela deux semaines. Au début, les symptômes apparaissent au niveau des pieds notamment entre les sabots, la partie devient blanche avant qu’elle ne s’enfle. Après la partie enflée se termine par contenir de la pue et cela rend l’animal incapable de se déplacer. Les narines se bouchent et l’animal commence à couler de la salive avant de mourir. Cette maladie inconnue des ruminants, cause la mévente du lait de la vache », dit-il.

Fatoumata Bah, femme d’un Bouvier de Solima parle de leur situation économique actuelle.

« Au moment où il y avait la santé, on partait dans les différents marchés hebdomadaires, à Bokaria le samedi ou à Silbaraya le jeudi pour vendre le lait qui est pour nous une source de revenus. On achetait les condiments dans ça, les chaussures et les habits des enfants et autres mais aujourd’hui on se permet même pas de traire le lait car une fois cette maladie s’attaque à une vache, les veaux ne s’approchent même pas de la mère car le lait parfois n’aura peut-être pas un goût pour eux. Moi personnellement cela fait des semaines je ne consomme pas le lait à plus forte raison sortir revendre. En dehors de tout ceci, les gens ont peur de consommer le lait. Donc, même si toi tu viens là où il n’y a pas cette maladie, comme chez Thierno Hady tout juste en bas de nous, tu ne verras pas d’acheteurs, ils auront peur de leur santé. Donc les autorités n’ont qu’à nous aider à traiter cette maladie sinon ce n’est pas bon », plaide Fatoumata Bah.

A en croire la direction préfectorale des services vétérinaires à Kindia, un prélèvement de données a été effectué et acheminé à Conakry pour déterminer la nature de cette épidémie.

Affaire à suivre…

Aboubacar Dramé, correspondant à Kindia

623.08.09.10

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire