Kory Kondiano : ‘’un pays qui dispose de ressources suffisantes n’a pas besoin de faire recours au FMI’’

Le président du parlement guinéen ne cache pas son soutien à l’accord sur la facilité élargie de crédit (FEC) signé entre le gouvernement guinéen et le Fonds monétaire international (FMI). Ce programme signé en 2017, permet à l’Etat guinéen de retrouver son d’équilibrer ses finances publiques.

Pour Claude Kory Kondiano qui présidait la clôture de la session extraordinaire sur la loi de finances rectificatives 2018, le budget adopté par les élus du peuple s’inscrit dans le cadre de ce programme sur la FEC.

« Le projet de loi de finances rectificative que nous avons adopté hier, s’inscrit en droite ligne de l’approbation le 26 juin 2018 par le conseil d’administration du fond monétaire international, de la première revue de l’accord sur la facilité élargie de crédit. Et cette adoption est également une étape importante dans le respect des engagements que nous avons pris de nos partenaires de Bretton Wood, dont nous avons cherché à utiliser les ressources provenant des tirages au titre de la facilité élargie de crédit avec le fond monétaire international et de l’appui budgétaire du groupe de la banque mondiale. Par engagement, il convient de comprendre qu’il s’agit des conditions de la banque mondiale et du fond monétaire international et le fond pose comme toute banque à leurs clients désireux de lui emprunter des ressources. Les procédures de ces institutions ne sont donc pas des diktats comme certains de nos compatriotes veulent bien le faire croire parfois. Elles s’imposent à tous les pays membres de tous les continents qui utilisent leurs ressources. Ce fut comme vous le savez, du cas de la Grèce, qui pourtant se situe bien dans le groupe des pays européens relativement développés. Un pays qui dispose de ressources suffisantes n’a pas besoin de faire recours au FMI et à la banque mondiale. La Guinée qui dispose d’un potentiel considérable de ressources, peut parfaitement se retrouver dans une telle situation. Il suffit pour cela, chers collègues que le pays redouble d’efforts pour accroitre sa capacité de mobilisation qui est à ce jour comme vous l’avez dit, très inférieure à la moyenne », a lancé le président du parlement guinéen tout en invitant les dirigeants guinéens à faire de ce programme une aubaine.

 

« Je voudrais demander aux autorités ayant dans leurs attributions la gestion des ressources de l’Etat, surtout l’ensemble des régies financières qui brassent d’importantes quantités de ressources à adhérer à cette logique qui préoccupe la représentation nationale. Tout simplement parce que cela peut permettre à notre pays d’atténuer sa dépendance vis-à-vis des prêteurs potentiels et réels, pour le financement de ses investissements et ses besoins de fonctionnement », a-t-il ajouté.

Thierno Sadou Diallo

(00224) 626 65 65 39

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire