Connect with us

Politique

Koureissy Condé : ‘’le président de la République a effectivement le droit d’organiser un référendum’’’

Le parti Alliance pour le Renouveau National (ARENA) a animé ce jeudi, 23 mai une conférence de presse à la Maison de la presse de Kipé, sous le thème « la problématique de la réforme constitutionnelle en Guinée : mythe et réalité ».

Dr Sékou Koureissy CONDE, président du parti a donné la position de son parti sur le débat autour de la nouvelle Constitution. Une mise au clair qui intervient quelques jours après une déclaration du parti au pouvoir sur l’introduction d’une nouvelle constitution en Guinée.

Selon le Dr Sékou Koureissy CONDE, le parti ARENA s’était imposé un devoir de réserve parce que le débat n’avait pas réellement commencé

« A partir du moment où le débat a commencé, et compte tenu du fait que ce n’est pas un parti politique qui doit nous présenter notre constitution, le parti politique n’a exprimé que son souhait, il appartient aux autres partis politiques de s’exprimer sur ce qui est de l’actualité nationale et qui est une question d’intérêt national. Donc, nous avons clarifié la position de notre parti, nous avons dit trois choses, la première chose concerne le référendum ou l’organisation d’un référendum ou l’option référendaire, si le président de la République voulait présenter ou faire adopter une nouvelle constitution. Nous avons dit que le président de la République a effectivement le droit d’organiser un référendum et que ceci est inattaquable. Je dis bien le droit, je parle du droit, et que c’est la constitution nationale de la 3ème République, la constitution du mois de mai 2010 qui en fait foi. Je ne suis pas en train de dire que je suis porteur ou supporteur d’une nouvelle constitution, je suis en train de dire que la voie référendaire, l’initiative d’un référendum appartient effectivement à un président de la République, au président de la République parce qu’il est détenteur d’une parcelle de la souveraineté nationale et c’est pourquoi lorsqu’un président de transition ou un président par intérim est en place, il n’a pas autorité à organiser un référendum. Il ne peut pas. Le référendum est un outil exclusif entre les mains d’un président de la République en fonction et légitimement, légalement, politiquement, démocratiquement élu », a-t-il estimé.

Poursuivant, l’ancien secrétaire général du conseil national de la transition (CNT) considère lui-aussi que la Constitution du mois de mai 2010 comme insuffisante mais pas inappropriée

« La lecture de notre Constitution s’impose. Ceux qui pensent que la constitution de la troisième république, la constitution du mois de mai 2010 est insuffisante, ils ont raison. Je le dis en tant qu’ancien secrétaire général du conseil national de la transition. Mais ceux qui disent qu’elle est inappropriée ont tort, parce c’était dans les conditions historiques singulières… Le référendum n’était pas à l’ordre du jour, mais la constitution était consensuelle et souveraine qu’on ne l’oublie jamais. Soyons fiers de ce que l’on a avant d’engager ce que l’on veut. La Constitution de la troisième république était une Constitution d’exception et de transition. Donc que la question se pose aujourd’hui par rapport à la modification ou à la révision de cette constitution est un débat juridiquement logique », a ajouté le patron de African Crisis Group, qui recommande la mise en place d’un organe consultatif et inclusif afin d’éviter les dérapages.

Comme pour terminer, Dr Sékou Koureissy CONDE a déclaré que son parti est contre un troisième mandat en Guinée.

Maciré Camara

+224 628 112 098

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook