Connect with us

Sport

La Féguifoot dans l’azimut : Amadou Diaby fait appel au TAS

En introduction, on doit faire une digression pour informer les lecteurs qu’on a entendu une affirmation qui ferait bondir même Paul Put et Amadou Diaby d’abasourdissement : « Le Stade du 28 Septembre est un stade colonial », « Kabanako » ! Et ce n’est pas l’idiot du village qui l’a dit.

Si Abdoulaye Banks Kéita était là pour entendre ça, lui qui avait failli dormir sur le gazon nouvellement planté. On y reviendra.

Venons au fait du jour : Les affaires louches à la FEGUIFOOT deviennent de plus en plus louches. Amadou Diaby refuse de trinquer seul les 5 ans d’interdiction d’exercer une activité liée au foot et de payer cette amende de 25000 dollars. Il a fait appel à l’instance supérieure du football mondial, le tribunal arbitral des sports. Seulement, il ne se rend pas compte que ses ennemis se sont démultipliés et que chacun d’eux lui a préparé un mauvais grabat, dans lequel il a sauté pieds joints.

Pour être direct, on lui rappelle que Salifou Super V est revenu aux affaires à un haut niveau. Si le retour de Super V met très mal à l’aise Antonio Souaré, ça doit être le double pour lui, Amadou Diaby, puisque c’est lui qui avait obtenu avec panache la hure de l’ancien pour faire copain-copain avec l’actuel président de la FEGUIFOOT. On explique mal les choses, peut-être, les choses sont si confusément imbriquées.

On veut simplement dire que Super V, qu’ils ont cherché à noyer, trouve l’occasion très belle de voir ses deux ennemis jurés dos à dos, puisque, en prenant acte de la décision de la Commission d’éthique, les intérêts de Amadou Diaby et de Antonio Souaré se séparent brutalement, ce qui les fragilise. Et si Super V trouve une opportunité de leur nuire, il ne se privera pas. Comme fouineur, il a en sa possession des éléments qui pourraient les conduire « à la guillotine », tous les deux.

De l’autre côté, le couple d’avocats de Amadou Diaby, à supposer qu’ils sont tous en règle pour l’exercice de ce métier en Guinée, puisqu’on entend chuchoter que Me Maliki n’était pas compétent ni qualifié pour plaider sur le territoire guinéen sans se référer au barreau de Guinée. Bien que l’avocate guinéenne soit sa compagne, mais la fonction d’avocat est « intuitu personae », dit-on.

Ces deux avocats avaient demandé la récusation du président de la Commission d’éthique, ils ont jeté un discrédit sur tout ce qui l’entoure pour conflit d’intérêts, ils ont qualifié l’acte de suspension de Amadou Diaby de tract, que la suspension ne leur a pas été signifiée, que la condamnation a été faite sans confrontation; ils ont aussi demandé des preuves autres que celles fournies par cette Commission d’éthique, qui les aurait obtenues lors de l’audition de Amadou Diaby…

Maintenant que la FEGUIFOOT en a pris acte, les voilà au TAS, mais c’est aller à la ‘’casse’’. Peut-être que Amadou Diaby a d’autres lapins adultes dans sa manche, et il refuse de trinquer seul, et il joue au quitte ou double. C’est un risque d’écoper plus gros avec le TAS, mais s’il n’y va pas, il est flambé. Il a le monde entier contre lui. Tout risque de s’écrouler autour de lui. Les Ivoiriens disent que « cabri mort n’a pas peur du couteau »

C’est déjà un cataclysme. On parle des transactions sur l’argent escroqué à Paul Put, qui passerait dans les mains d’un certain Bouba et d’un certain Latif. Bouba est un agent actif de Africa-foot management, dont Paul Put est lié par des intérêts ; Latif est un cambiste de Conakry étroitement lié à Antonio Souaré…

Si toutes ces informations étaient vérifiées, d’emmanchement en emmanchement, de fil en aiguille, Antonio Souaré a forcément des explications à fournir à la Commission d’éthique et à la Commission d’audit. C’est une vis sans fin que les Guinéens voient devant eux, un scénario à rebondissements.

En attendant que la Commission d’audit et la Commission d’éthique de la FEGUIFOOT ne mettent tout sur la table, certains ne peuvent s’empêchent de penser fortement à une autre mise sous tutelle urgente de la FEGUIFOOT afin de tirer sereinement et librement au clair cet écheveau.

Les compétitions approchent à grands pas. On a vu les perturbations et les piètres prestations du Mali à la CAN. C’est dans ces conditions qu’on apprend qu’une liste d’entraineurs a été publiée pour audition, pour remplacer Paul Put, comme si de rien n’était.

Dans cette optique, un collectif d’entraineurs nationaux pourrait faire office d’intérimaires pour limiter les dépenses…

Moïse Sidibé

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook