Connect with us

Societé

Labé : condamné à perpétuité, Noumouké Bah demande au président Alpha Condé la clémence

A la prison civile de Labé, le plus ancien des détenus se nomme Elhadj Noumouké Bah âgé de 47 ans, originaire de la préfecture de Gaoual, marié et père d’un enfant. Ce dernier a été arrêté en 2004, avant d’être condamné en 2012, à perpétuité pour « meurtre et association de meurtre ».

Après 15 ans au violon, aujourd’hui paralysé et à moitié aveugle, le détenu regrette les faits qui lui sont reproché. Rencontre ce mardi 28 mai, par la rédaction de MEDIAGUINEE, le détenu a demandé clémence au Président de la République, Pr Alpha Condé.

« J’ai 47 ans, j’étais marié, mais j’ai perdu ma femme puisque j’ai duré en prison. J’ai un enfant et je suis de Gaoual centre. Depuis 2004, je suis en prison et je suis poursuivi pour meurtre. C’est après la découverte du corps d’un jeune léonais dans notre rivière qu’ils ont dit que c’est nous qui l’avons tué. Donc, en 2012, j’ai été condamné à perpétuité. Je n’avais pas d’avocat et il n’y avait pas de plaignant aussi. Aujourd’hui, je ne suis pas en bonne santé, je suis paralysé et à moitié aveugle »

Ce drame pour lequel Elhadj Noumouké croupisse en prison depuis 15 ans s’est produit en 2004, lors d’une fête de laid-el-Kabîr (fête de ramadan).

« Le drame s’est produit lors d’une fête de ramadan. On était avec ce léonais dans un débris de boisson. Toute la journée, on était avec lui et on est resté ensemble jusqu’à 19 heures. Trois jours après son corps a été découvert dans une rivière. »

Parmi les 5 personnes qui ont été pointées dans cette affaire, trois sont morts, un est en fuite et lui Elhadj Noumouké Bah est condamné à perpétuité.

« Nous étions au nombre de 5 personnes à être arrêtées dans cette affaire. Mais parmi ces 5, je suis la seule personne qui reste. Tous les autres sont morts. Une seule personne parmi nous avait pris la fuite, il s’appelle Mamadou Oury. L’un d’entre nous est mort à la Maison centrale de Conakry »

Aujourd’hui, le doyen de la prison civile de Labé dit regretté ces actes et demande la clémence au Président de la République, Pr Alpha Condé.

« Je regrette mes actes, vous savez quand une personne est confrontée à ces genres de problèmes c’est très difficile et tu auras forcement des regrets. Parfois, ma jeune sœur vient me rendre visite. Je demande au Président de la République d’être clément en vers moi et en me graciant », dira-t-il entre autres.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook