Labé : deux détenus tabassent un policier avant de s’évader du violon

Dans la nuit du dimanche à lundi 10 septembre 2018, deux détenus, arrêtés pour délit mineur, placés en garde en vue, ont pris la fuite. Ce, après avoir roué de coups l’agent de garde.

Interrogé sur cette évasion, le commissaire divisionnaire du commissariat central de Labé de préciser :

« Le premier jeune, dont j’ignore le nom a été arrêté la semaine dernière dans la sous-préfecture de Dalein, avant d’être déféré à Labé.  Pendant son audition, il a cité un de ses complices qu’il accuse d’avoir pris part au vol d’une somme de 800 000 fg. Retiré de la prison et transféré à la police centrale pour des fins d’enquête, un autre présumé voleur de téléphone portable a été arrêté par nos agents. Réunis dans une même salle, après une journée d’interrogation, ils ont profité de l’inattention de l’agent de garde qui était en train de suivre la télévision, ils l’ont d’abord tabassé, le blessant au genou, avant de   prendre la poudre d’escampette. Une enquête a été ouverte pour retrouvés les deux jeunes qui sont accuses présentement de coup et blessure », explique, le colonel Siba Kolié.

Malgré la stupeur des citoyens suite à cette évasion au moment où les attaques, vols et braquages sont devenus récurrents à Labé, notre interlocuteur affirme que cette évasion n’est pas importante. Avant de reconnaitre que le violon de son commissariat est obsolète.

« Ces deux évadés ne sont pas des bandits de grand chemin, c’est pourquoi d’ailleurs cette évasion n’est pas tellement importante. N’oubliez pas ! Tant que la justice ne confirme pas les faits dont une personne est accusée, il est appelé présumé. Par ailleurs, il est à signaler que notre violon n’est pas garanti. Nous avons adressé une correspondance à l’ancienne équipe préfectorale dirigée par le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo et au tribunal de Première Instance de Labé, mais en vain. Et tout récemment, on a renouvelé cette correspondante qu’on a adressée aux nouvelles autorités préfectorales, sous le magistère du Préfet Safioulaye Bah. Mais déjà à notre niveau, nous avons pris des mesures pour faire face à cette situation en attendant l’appui de autorités », conclut le colonel Siba Kolié.

Il faut rappeler qu’en 2014, un détenu avait tenté de s’évader après avoir sollicité auprès des agents une permission pour se mettre à l’aise. Mais ce dernier avait été finalement arrêté après quelques temps seulement de répit.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire