Labé : le tribunal correctionnel se dit incompétent de juger le préfet, accusé de séquestration

Ce mercredi 17 janvier, le préfet de Labé Elhadj Safioulaye Bah était à la barre pour répondre des chefs d’accusations de faux et usage de faux, injures et séquestration. Il est assigné à en justice par un opérateur économique du nom de d’Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Diallo qui a été retenu trois jours à la prison civile de Labé.

A peine appelé à la barre vers 9 heures 40 mn par le juge Thiam, l’avocat de la partie civile, Me Amadou  Kourouma a demandé au président du tribunal de fixer une caution pour faire payer au préfet une somme de 2 millions de fg. Du berger à la bergere, l’avocat de la défense Me Sidiki Bérété, a rappelé que parmi les chefs d’accusations portés contre son client, la séquestration est un délit que seul un  tribunal criminel peut juger. Après plusieurs minutes de discussions entre les avocats des deux parties et une pause de 10 minutes, le  président du tribunal Me Thiam s’est déclaré incompétent de juger ce dossier dès lors que des accusations de séquestration ont été citées. Avant de demander la partie civile à mieux se pourvoir ou transféré le dossier au tribunal criminel.

Quant au préfet, il été demandé par le juge de rentrer au bureau et de continuer ses activités. Car le tribunal correction de Labé n’est pas habilité à jugé ce dossier.

Pour le moment, aucune réaction de la partie civile n’a été constatée. Interrogé à chaud, l’opérateur économique affirme suivre les ce que lui dira son avocat, très occupé avec le dossier des violences enregistrées à Mali en juin 2016.

Pour rappel, ce conflit domanial qui oppose le préfet de Labé à Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Diallo concerne l’attribution du domaine d’une superficie de  6 à 7 hectares attribués au projet SOS-Guinée dans la sous-préfecture de Garambé en 2006.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire