Le président Alpha Condé recadre le débat après la sortie médiatique du PM: ‘’ Nous n’avons aucun problème avec le syndicat ‘’

Le président Alpha Condé est longuement revenu sur le contenu du protocole d’accord qui avait été signé entre le gouvernement et les centrales syndicales. Une manière pour lui de recadrer le débat après la dernière sortie médiatique du Premier ministre, Mamady Youla qui avait selon certains observateurs, provoqué de diverses interprétations.

Extraits…

‘’ Il faut savoir à qui le premier ministre s’adressait quand il a parlé de déclaration démagogique. Nous n’avons aucun problème avec le syndicat. Nous avons signé une plateforme avec eux, que nous respectons, et on la respectera. On a ordonné la levée de tous les barrages non conventionnels et les mesures contre les rackets. Ça continue, j’ai prévenu le ministre de l’intérieur et le chef d’Etat major. Les bérets rouges, les militaires n’ont rien à faire dans les barrages, Ce sont les gendarmes et les policiers. Mais il y a des barrages où la sécurité doit être maintenue.

 » J’ai prévenu que tout gendarme qui sera pris en train de racketter sera rayé des rangs de la police ou de la gendarmerie. Et tout béret rouge, qui sera pris sera rayé. D’abord, il y a beaucoup de bérets rouges, qui n’appartiennent pas à la garde présidentielle. Il y avait beaucoup de bérets rouges avant. Moi, je n’ai aucun ancien de Conté. Tous mes bérets rouges, les 600, ont été formés en Angola. Mais il y a beaucoup qui continuent à porter les bérets rouges. Donc, on va prendre des mesures strictes pour que les engagements pris avec le syndicat concernant ka levée des barrages non conventionnels soient effectivement appliqués. On a dit aussi que la question du carburant sera discutée au sein de la de suivi avec les ministres concernés, conformément au contecommission nu du protocole. Le syndicat nous a fait prendre un engagement.

‘’ Dans le protocole, il est dit que les parties conviennent de maintenir le prix du litre à son niveau actuel. Par ailleurs, elles conviennent que si le prix du baril venait à augmenter, le prix du litre à la pompe en Guinée va être maintenu au prix de 8 000 jusqu’en décembre. Ensuite, nous sommes d’accord avec le syndicat que nous devons respecter les conditions du FMI jusqu’à la huitième revue. Quand on aura fini la huitième revue, on va s’asseoir pour regarder. On a aucun problème avec le syndicat, on coopère très bien. La preuve, je vais annoncer la mise en place de la commission, qui va être chargée pour la réforme de l’éducation. Nous allons faire l’audit de l’éducation de l’école universitaire à l’université en vue de faire une réforme fondamentale.

 » Quand le Premier ministre a parlé, il a parlé des démagogues, des hommes politiques, qui ont été incapables d’avoir le programme et qui disent qu’ils vont faire des journées villes mortes pour la baisse du carburant. Le syndicat, c’est leur droit de revendiquer. Lorsque Dadis interdisait le droit de grève ici, j’étais le seul qui s’était levé pour dire qu’il ne peut pas interdire le droit de grève, c’est un acquis. Donc, le premier ministre, en aucun cas, ne s’est adressé au syndicat. Nous n’allons pas accepter que des démagogues, qui ont été incapables d’obtenir le programme formel, se mettent à dire journée ville morte pour demander la baisse du prix du carburant.

‘’ Nous respecterons le protocole d’accord que nous avons signé. Le syndicat sait ce qu’il y a dedans. Maintenant, les gens peuvent spéculent comme ils veulent. Nous sommes engagés que même si le prix du carburant, on ne dépassera pas 8 000. On s’est engagé aussi qu’on discutera. Il n’y a pas de date-couperet. On discute avec le syndicat en fonction du programme formel du FMI. On se comprend parfaitement. Mais comme en Guinée, on aime déformer. Je n’ai aucun problème avec le syndicat. On a eu un différend à un moment donné, mais c’est donné.

‘’ Je  félicite le syndicat, ils sont des patriotes, ils ont été responsables. Ils savent que si on ne clôture pas la huitième revue, on va tomber dans une situation catastrophique. Donc, en aucun cas, le premier ministre ne s’est adressé au syndicat. Ce sont des démagogues qui disent en ville 19 mai, pas le syndicat. Nous, on a aucun problème avec eux. Pour preuve, je vais les recevoir dès la semaine prochaine. ‘’

Youssouf Hawa Keita

+224 666 48 71 30

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire