Connect with us

Sport

Les avocats d’Amadou Diaby se déchaînent contre la commission d’Ethique : ‘’cette décision est une cabale’’

Le collectif des avocats d’Amadou Diaby, suspendu de toute activité liée au football pendant 7 ans par la commission d’Ethique indépendante était ce samedi face à la presse à la Maison commune des journalistes à Kipé. Objectif, informer l’opinion nationale et internationale sur les prétendus faits de corruption reprochés à Amadou Diaby.

Selon Me Malick Ibrahim, avocat au barreau du Mali, son client Amadou Diaby a été abasourdi d’apprendre par voie de presse une interdiction d’exercer de 7 ans toute activité liée au sport à son encontre dont 5 ans fermes et une amende de 25.000 euros.

« Et ce, regrette-il, sans avoir été entendu et passé par la procédure de jugement en violation flagrante des dispositions des articles 67 à 77 du code d’éthique de la fédération guinéenne de football du 27 mai 2019. Cette décision que nous considérons comme une cabale révèle et a usé du même modus operandi que la décision de suspension provisoire numéro 02/09/07/19 du 27 juillet 2019 prise à l’encontre de Monsieur Amadou Diaby sans avoir été entendu alors qu’il était en dehors du territoire guinéen, par la commission d’éthique sur la simple foi de dénonciation calomnieuse de Monsieur Paul Put, ex-entraîneur du Syli national, laquelle décision a fait que l’autre décision provisoire a vu sa primeur curieusement réservée à Guineenews, organe de presse dont le Directeur n’est autre que le président de la commission d’éthique. Et Amadou Diaby qui n’a guère été surpris par ce qu’à ce jour on considère encore comme un tract, parce que voyez-vous le document qui circule comme le premier document de sa suspension n’est pas signée. Mais cette fois-ci, ce document est sur un papier en tête de la fédération guinéenne de football. Le premier document de sa suspension dont la primeur a été réservée à Guineenews n’était pas fait sur l’en-tête de la fédération guinéenne de football, mais comporte une signature anonyme ressemblant à cette du président de la fédération guinéenne de football. Plus tard, nous allons voir une décision, bien sûr toujours sans l’en-tête de la fédération guinéenne de football mais avec la signature du président de la commission Monsieur Amadou Tham Camara. Amadou donc il est serein et il reste confiant que cette décision de tract et injuste, sans fondement, sera sanctionnée par toute structure sérieuse et professionnelle de l’éthique », explique l’avocat.

Ajoutant qu’en l’absence de preuves sérieuses, le président de la commission d’éthique a dissuadé Monsieur Paul Put d’être confronté à Monsieur Diaby devant la commission le 7 août dernier. L’avocat affirme que ce rapport constitué de deux pages de 14 paragraphes indique que M. Amadou Diaby est présumé corrompu et que le libre arbitre de la commission d’éthique, même en l’absence de la moindre preuve et du moindre indice, autorise cette commission à sanctionner comme elle le veut M. Amadou Diaby.

« Ce rapport constitué de deux pages de 14 paragraphes indique que M. Amadou Diaby est présumé corrompu et que le libre arbitre de la commission d’éthique, même en l’absence de la moindre preuve et du moindre indice, autorise cette commission à sanctionner comme elle le veut M. Amadou Diaby. Contre ce rapport inconsistant, spécieux et alambiqué de la commission d’éthique, ayant tous les traits non d’un rapport mais d’une vicieuse inquisition maladroitement échafaudée, pour assouvir des complots, services et cabales contre la personne de M. Amadou Diaby, les conseils de ce dernier ont proposé des observations pertinentes et irréfutables, de 17 pages, doublées d’une demande de récusation pour cause de partialité du Président de la commission, non moins Directeur du site d’information de presse Guinéenews. Ces informations et demande de récusation ont été reçues le 16 août 2019 à 8 heures 13 minutes », poursuit l’avocat, révélant par ce fait qu’une demande de récusation avait été faite à l’encontre du président de la commission d’éthique

« M. Amadou Diaby attendait d’être appelé, ainsi qu’il en a fait la demande dans ses observations, pour confrontation avec M. Paul Put et peut-être fixé sur sa demande de récusation contre le président de la commission d’éthique, qu’il découvrit sous le manteau des presses sur le web, l’annonce par un tract de sa condamnation définitive aux interdictions et amendes sus citées, sans aucune convocation de procédure de jugement par la commission d’éthique »

Pour terminer, Me Malick Ibrahim confie que son client a pour credo que la vérité de la justice divine rattrape et éblouit, quelle que soit la distance d’années-lumière les séparant.

Maciré Camara et Mohamed Cissé

+224 628 112 098

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook