L’opposition dit son soutien à Kèlèfa Sall : ‘’nous utiliserons tous les moyens légaux pour le défendre’’

L’opposition républicaine dirigée par Cellou Dalein Diallo a exprimé mercredi 12 septembre son soutien au président de la Cour constitutionnelle. Pour Cellou Dalein Diallo et ses acolytes qui étaient en conclave dans leur Quartier général, la crise que traverse cette institution n’est qu’une manœuvre qui vise Kèlèfa Sall.

« Nous avons abordé les dysfonctionnements dont on parle à la Cour constitutionnelle. Nous avons échangé d’informations, nous sommes d’accord qu’il s’agit d’un harcèlement qui vise une personne qui est Monsieur Kèlèfa Sall dont la position contre un troisième mandat est affirmée et assumée. Il faut qu’on fasse sauter ce verrou-là avant de faire sauter le verrou qui est dans la constitution, Il n’y a aucun autre objectif que ça. », a dit le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

Pour le chef de file de l’opposition, “n’écoutez pas les sirènes révisionnistes” est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

« Depuis Kèlèfa Sall a dit qu’il ne faut pas que Monsieur Alpha Condé écoute les sirènes révisionnistes et que c’est son deuxième et dernier mandat, on cherche à lui créer des problèmes. L’opposition républicaine a décidé de lui exprimer sa solidarité et de le soutenir. On s’est engagés à utiliser tous les moyens légaux pour défendre cet homme intègre qui veut défendre la constitution de la République parce que nous ne voulons pas de troisième mandat. Les dispositions relatives à la durée et au nombre de mandats ne sont pas modifiables. L’opposition se battra par tous les moyens pour que ces dispositions soient respectées », assure le président de l’UFDG.

Peu après cette déclaration de soutien, les choses se sont accélérées à la Cour constitutionnelle. Les 8 conseillers qui réclament la tête de Kèlèfa Sall ont publié un arrêt le déclarant inapte à exercer ses fonctions. Pour le moment, aucun homme de droit ne s’est encore exprimé pour éclairer la lanterne des populations qui se posent des questions sur la valeur juridique de cet arrêt.

Thierno Sadou Diallo

(+224) 626 65 65 39

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire