Arrestation du syndicaliste Mara : l’UGTG appelle à une marche ce mercredi 16 mai

L’Union Générale des Travailleurs de Guinée, UGTG, a condamné lundi 14 mai, l’ingérence du gouvernement guinéen dans les affaires syndicales à travers l’enlèvement et la séquestration du camarade Aboubacar Sidiki Mara, le 06 Mai dernier à Boké. Elle compte mener à cet effet une marche pacifique ce mercredi 16 mai 2018, pour dénoncer la violation du droit syndical par le chef de l’État.

Dans une déclaration tenue au siège de l’UGTG à Gbessia Kondëbounyi, Elhadj Kandet Sankhon, le secrétaire général de l’UGTG, a affirmé que suite à l’arrestation du camarade Aboubacar Sidiki Mara lors de son séjour dans la cité minière de Boké afin de mettre en place des structures de base de l’UGTG, les travailleurs des sociétés WAP, SMB et UMS, se plaignant de la dégradation de leurs conditions de travail, se sont désaffiliés de l’USTG et la CNTG au profit de l’UGTG.

« L’année 2018 aurait été une autre année de plus sombre dans l’histoire du mouvement syndical en Guinée. La répression sous couvert de l’impunité, des actions d’intimidation sont encore aujourd’hui de plus en plus devenus une méthode et une pratique imposée comme préalable à nos organisations syndicales avant toute forme de négociation serieuse avec l’État employeur. Les autorités administratives de Boké ont reçu l’ordre par le président de la République de procéder à l’arrestation extrajudiciaire du camarade Aboubacar Sidiki Mara, secrétaire général adjoint parce qu’il a osé aller vers les travailleurs qui avaient besoin d’une organisation syndicales capable de prendre en main la défense de leurs intérêts matériels et moraux », a expliqué Elhadj Kandet Sankhon.

Le secrétaire général de l’Union Général des Travailleurs de Guinée considère que cette arrestion est une manière de tuer le syndicalisme en Guinée « de mémoire des guinéens, les exactions de 1990 et 2007, reprennent de plus belle en cette République. L’Union Générale des Travailleurs de Guinée prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur la violation flagrante du droit syndical par la plus haute autorité de la République. Il n’est pas superflu de faire remarquer que le ministre en charge du travail ne joue pas son rôle vis à vis de la classe travailleuse », dénonce-t-il.

Pour terminer, l’Union Générale des Travailleurs de Guinée appelle à une marche pacifique ce mercredi 16 mai 2018.

Maciré Soriba Camara

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire