Connect with us

Societé

Madifing sur la mort de Boukariou : ‘’le président m’a dit : toi aussi, tu envoies l’armée attaquer les enfants’’

Une semaine après la mort d’Amadou Boukariou Baldé, étudiant en licence 2 informatique à l’université de Labé, suite à un accrochage entre étudiants et forces de l’ordre lors d’une manifestation, le gouverneur de région et ancien ministre de la Sécurité Elhadj Madifing Diané a eu une réaction plutôt modérée.

Madifing Diané qui a conféré avec le corps professoral de l’université de Labé ce samedi, 08 juin, a déclaré au micro de Mediaguinee qu’il est le seul responsable de la mort de Boukariou.

« J’ai l’obligation morale à vous et à toute la population de la région de Labé de vous restituer dans leur véracité, les faits. Vous avez vécu les faits mais vous n’avez pas suivi leur évolution. J’étais assis à mon bureau quand mon téléphone a sonné et celui qui m’a appelé m’a demandé au secours, en précisant qu’ils sont attaqués par les étudiants et qu’ils sont tous retranchés dans le rectorat avec la protection du PA militaire avec un effectif faible et pas de moyens de défense. Immédiatement j’ai sommé mon planton d’appeler le directeur de la sureté et le commandant de la gendarmerie. Je leur ai demandé donc de déployer une force pour aller au secours des gens. J’ai aussi signé une réquisition », explique le gouverneur.

Parlant du jeune Boukariou, Elhadj Madifing Diané de renchérir : « le médecin m’a dit que le transfert du jeune dans un centre hospitalier plus spécialisé comme l’hôpital sino-guinéen [de Kipé] est nécessaire. C’est le préfet qui a payé les frais comme je n’avais pas d’argent sur moi. Environ 1 heure, le même médecin m’a appelé pour me dire que le père du jeune a quitté Conakry direction Labé et qu’il attend l’ambulance à Dalaba. J’ai dit qu’il n’est pas question que l’ambulance s’arrête nulle part si ce n’est à sino-guinéen. J’ai été informé que le rectorat a fait un transfert d’un million de francs guinéens via je ne sais pas, si c’est par Orange money pour le papa du jeune pour des frais de transport, de Mamou à Conakry pour trouver le corps à Ignace Deen, car nous avons été informés que le jeune a rendu l’âme en cours de route »

Selon le gouverneur de région, c’est le président de la République qui l’a informé de la mort de l’étudiant.

« Le lendemain, je suis arrivé au bureau très tôt, c’est le président de la république qui m’a appelé le premier : ‘’toi aussi tu envoies l’armée attaquer les enfants’’, j’ai dit que je n’ai pas envoyé l’armée. Il a dit : si, c’est ce qu’on m’a dit. J’ai dit que je n’ai pas envoyé l’armée, M. le président. Comment ça s’est passé donc ? me demande-t-il. J’ai dit voilà j’ai retracé le film comme je viens de le faire. Il m’a demandé il n’y a pas de militaire ? J’ai dit qu’il y a un PA de 9 personnes. Mais on m’a dit qu’il est mort, je dis que je ne sais pas, moi j’ai fait en tout cas évacuer le jeune en état très critique à Conakry, s’il est mort en cours de route je ne suis pas informé. Donc le président est le premier à m’avoir alerté sur la mort de ce garçon », a-t-il expliqué. Et d’ajouter : « c’est la famille qui a exigé qu’il y ait l’autopsie, les forces que j’ai envoyées ne détenaient pas d’arme létale, d’après les expertises. Le garçon a été atteint par deux pierres. La plus importante c’est celle qui a atteint sa tête. Le jeune a été enterré à 17 heures. Donc je suis le seul responsable de ce qui s’est passé », conclut-il.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook