Mali : une histoire d’interprétation des pratiques de l’islam entre deux imams vire en gifles dans une mosquée de Salambaldé

Tout est parti lorsque l’imam Thierno Ibrahima Diallo, âgé  de 42 ans,  a affirmé dans son sermon du vendredi 10 juin que pendant de mois de ramadan lorsqu’un fidèle musulman arrive en retard et qu’il trouve que les prières surérogatoires ont commencé, il lui est formellement interdit de commencer par celle de 20 heures.  C’est ce qui est autorisé, affirme-t-il,  par la loi islamique. « Il doit suivre les autres dans la prière surérogatoire en amont ». Ces propos ont provoqué l’ire de son cousin qui est aussi imam de la même mosquée de Bansouma, localité située à 15 km de la sous-préfecture de Salambaldé, préfecture de Mali, en Moyenne Guinée. Ce dernier lui pose la question en interrompant le sermon : ‘’d’où tires-tu ces enseignements ?’’. Immédiatement, le père du questionneur du nom d’Elhadj Gobi Diallo somme son fils  d’attendre la fin de la prière pour poser ces genres de questions à l’imam. Après la prière, selon nos informations, Elhadj Bhello Diallo, le père de l’imam a sursauté et giflé son neveu tout en fracturant ses deux bras. Quelques instants après, le même  Elhadj Bhello Diallo va gifler également El hadj Mamadou Gobi Diallo -son frère aîné et son maître coranique- le père également de son neveu.

Aux dernières nouvelles, ont apprend que la ligue islamique préfectorale de Mali s’est saisie du dossier pour rétablir la quiétude dans la localité. Le fidèle aux bras fracturés est actuellement à l’hôpital régional de Labé, chef-lieu du Foutah Djallon, pour panser ses plaies.

Amadou Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire