Mamou : des enseignants prennent d’assaut la DPE

Le gouvernement guinéen a gelé le salaire de certains enseignants à la fin du mois d’ octobre. A Mamou, plusieurs enseignants ont retrouvé leurs noms sur la liste de ceux qui sont concernés par cette affaire. Au nombre de 110, ces enseignants dont les salaires ont été gelés se sont rendus à la Direction Préfectorale de l’Education ce mercredi 7 novembre dans la matinée pour demander aux autorités de procéder au payement de leurs salaires. Accompagné par le SLECG et plusieurs autres grévistes,  ces éducateurs ont été reçus par les autorités de tutelle dans la salle de réunion de ladite D.P.E.

Devant les autorités, notamment l’Inspecteur général adjoint de l’Education, le Directeur national de l’Education, l’Inspecteur régional de l’Education de Mamou et le Directeur préfectoral de la même structure, le secrétaire général du SLECG dans cette préfecture, Thierno Souleymane Sall, a porté la voix des enseignants comme pour dire que Mamou demande le payement des salaires gelés aux enseignants.  « Nous sommes là devant vous, pour vous demander de nous aider à  payer les enseignants  qui n’ont  pas encore reçu leurs salaires et vous rendre compte de ce que vous m’aviez confié concernant la reprise des cours. Comme nous n’avons pas le pouvoir de nous regrouper ici en public, on avait tenu une rencontre secrète au cours de laquelle le sujet avait été débattu. Ma base avait répondu que si toutefois les salaires sont payés, ils vont reprendre les cours»», a dit le camarade Sall.

Pour sa part, Mamady Magassouba, DPE de Mamou a renvoyé toutes les questions à l’Inspecteur  général adjoint, M. Mamady SIDIBE en mission à Mamou qui, d’ailleurs, a longtemps servi ici, est mieux placé pour donner des explications.

Celui-ci n’a fait que prouver aux enseignants de Mamou qu’il est et restera toujours avec eux. Mais en ce qui concerne la paie des enseignants grévistes, il ne peut que rajouter cela au niveau du rapport qu’il doit forcément présenter au ministère.

«C’est à Mamou ici que j’ai eu ma promotion. Je suis et je serai toujours avec vous. Mais pour le problème de salaire, je vais mentionner cela dans mon rapport. Je vous demande de rejoindre en attendant les salles de classe”, a-t-il demandé.

Il faut rappeler que cette rencontre s’est passée dans le calme. Un dispositif sécuritaire, composé de gendarmes et de policiers, était présent sur les lieux.

Aïssata CAMARA, correspondante à Mamou

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire