Manif interdite de l’opposition/ Koureissy Condé chez Cellou Dalein : ‘’j’en appelle à la sagesse’’

L’ancien ministre guinéen de la Sécurité Sékou Koureissy Condé était chez jeudi chez le chef de l’opposition Cellou Dalein Diallo pour l’inviter à plus de dialogue avec le pouvoir pour sauver la paix dans le pays. Et ce, un jour de manifestation interdite de l’opposition républicaine…

« Je pense que nous devons pouvoir évoluer vers les négociations, vers le dialogue en vue de la mise en œuvre de ce qui a été arrêté, de ce a été convenu, qui va dans l’intérêt de notre pays, qui va de la paix et de la quiétude. Je pense que nous avons atteint un niveau de violence extrêmement élevé et nous avons atteint un niveau de dérapage tel que le pays a besoin d’imaginer les conséquences et il est important que chacun de nous s’engage dans le sens de la restauration de la confiance et du dialogue pour que la mise en œuvre des accords soit la priorité entre l’opposition républicaine et la mouvance présidentielle. J’en appelle à la sagesse, à la compréhension. Un mort d’homme en Guinée est une perte pour toute la Guinée. C’est en cela que je m’emploierais dans les minutes et les heures à venir.

Je suis préoccupé perce que lorsque le président de l’UFDG explique les mécanismes des accords, les discussions intervenues, il y a une question de justice. Je pense que ce pays-là a besoin de justice. Il faut s’écouter, l’écoute est nécessaire, il y a une incompréhension, il y a une crise de confiance, il faut restaurer la confiance.  Toutes les bonnes volontés doivent aller dans ce sens ».

Thierno Sadou Diallo, depuis le domicile de Cellou Dalein Diallo à Dixinn

 

Print Friendly, PDF & Email



One thought on “Manif interdite de l’opposition/ Koureissy Condé chez Cellou Dalein : ‘’j’en appelle à la sagesse’’

  1. CONDÉ ABOU

    Grand merci Dr. Sékou Goureissy Condé, et mes sincères félicitations pour la belle initiative.

    Très franchement, l’approche du Président de l’UFDG est incompréhensible et illogique même si tout le monde est d’accord que l’application des termes des Accords négociés a été très mal faite sur le terrain, et qu’il y a eu injustice sur beaucoup de circonscriptions électorales du pays.

    Ceci dit, est-ce qu’il y a, une raison suffisante pour aller directement dans la rue afin d’obtenir la réponse politique devant les multiples dérapages observés ? Non, et non.
    L’idée des Accords politiques est une inspiration personnelle du Président de la République après avoir reçu chez lui, le Président de l’UFDG et à l’initiative présidentielle. Ce n’était pas du tout une initiative de l’Opposition.

    Dans ces conditions, même s’il s’agissait d’Accords négociés entre des puissances internationales ou régionales, s’il y a eu mauvaise application contrairement à la lettre et à l’esprit desdits Accords, qu’est-ce qui empèchait El Hadj Cellou Dalein Diallo de revenir directement chez le Président de la République, pour lui dire:

    Voilà, Monsieur le Président de la République, nous à l’UFDG nous constatons que les Accords signés ne fonctionnent pas du tout, et tous nos militants en appellent à votre implication et à votre arbitrage pour sauver les Accords politiques et la paix civile.

    Pour quelle raison, le Président de la République refuserait-il de l’écouter et de trouver une solution adéquate ?

    Qui en Guinée, a plus intérêt à obtenir la paix civile que le Président de la République lui-même ? Il devrait plus souffrir en Guinée que n’importe qui, du chaos et de l’anarchie dans le pays !

    Non, l’approche consistant à aller automatiquement aux manifestations de rue est la pire des solutions que le Président de l’UFDG, la 2ème force politique du pays, puisse suivre pour parvenir à la solution face aux injustices post-électorales.

    Sans changement complet de l’approche actuelle, le Président de l’UFDG va droit dans le mur et ce serait une catastrophe politique pour lui-même, mais probablement, pas forcément pour l’UFDG en tant que formation politique majeure aujourd’hui.

    L’UFDG lui survivra, très certainement, parce qu’il existe beaucoup d’hommes et de femmes courageux et intelligents dans ses rangs et sur qui le pays pourrait valablement compter.

    Je n’approuve pas du tout l’approche actuelle d’El Hadj Cellou Dalein Diallo, sans compter que continuer de compter les morts et de rester fixé sur le régistre du désordre social dans le pays, ne sont pas du tout bon signe pour lui, en tant que dirigeant de l’Opposition, et force de l’alternance politique en Guinée.

    Quelle Opposition politique a obtenu le pouvoir en Afrique comme il est en train de le faire actuellement ? Aucune, et je dis bien aucune en Afrique, sans lui mentir.

    Diriger une opposition politique en Afrique pour arriver au pouvoir est un chemin long, extrèmement compliqué partout, surtout au regard de la faiblesse des acquis démocratiques et de la culture politique de l’électorat de base.

    Non, il ne s’agit pas d’une question de faiblesse de la part d’El Hadj Cellou Diallo en privilégiant la négociation même de façon interminable avec la première autorité du pays.
    Le chemin de l’alternance politique est une très longue histoire en Afrique.

Laisser un commentaire