Mariage : la Guinée reste dans le régime de la monogamie

Mariage : la Guinée reste dans le régime de la monogamie

Dans le code civil guinéen, en son article 315, il est dit  que «la pratique de la polygamie est interdite à toute personne de nationalité guinéenne et demeure proscrite sur toute l’étendue du territoire de la République.» Mais dans la pratique, elle reste appliquée même par les premiers responsables du pays, notamment par le feu président Lansana Conté.

Pour donc avoir une conformité de la loi à la réalité du pays, un projet de légalisation de la polygamie avait germé. L’article 282 du nouveau code civil stipulait que «le mariage peut être conclu : soit sous le régime de la monogamie ; soit sous le régime de la polygamie ; soit sous le régime de la limitation de la polygamie

L’article 315 de ce même code autorise à celui qui n’avait souscrit ni à la polygamie ni à la monogamie pendant qu’il se mariait d’avoir une seconde épouse : « Faute par l’homme de souscrire à l’une des options prévues au présent article, le mariage est présumé être placé sous le régime de la polygamie

Mais, malheureusement, ce projet de loi légalisant la polygamie a été retiré par le Conseil des ministres.

Lors d’une conférence de presse, le ministre de la Justice, Me Cheick Sacko, a confirmé que le projet a été retiré et que  le pays reste dans la situation d’antan, donc de la monogamie.

« Moi j’ai porté un projet ficelé par la commission. Ce n’était pas ma position personnelle. J’ai défendu ce projet en l’état. Ensuite il y a eu un débat en conseil interministériel et en conseil des ministres. Le conseil a décidé donc d’enlever cette disposition sur l’option de choix. On est revenu à la situation d’antan. Je prends acte. C’est la situation qu’on va défendre. Maintenant l’explication que vous voulez donner, c’est que ça existait sous la première République et la deuxième République. C’est vrai que dans la pratique, il y a un hiatus. Chez nous, il y a beaucoup des gens qui sont polygames à commencer par l’ancien président de la République (feu président Lansana Conté, ndlr), l’ancien Premier ministre (Mohamed Said Fofana), l’actuel (Mamady Youla), beaucoup de ministres. Donc naïvement j’ai pensé qu’il fallait mettre ça en accord avec la réalité. C’est pourquoi moi, à la limite, le projet ne me gênait pas comme tel. Mais c’est vrai que c’est un recul si on venait sur la polygamie infinie par rapport aux règles internationales. Maintenant le projet qui va être présenté, on revient à la situation d’antan et les députés peuvent décider autre chose, hein ! C’est une loi ordinaire. »

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire