Mères du monde, Faya Millimouno vous souhaite bonne fête!

Selon le pays où vous résidez, vous allez peut être vous demander si c’est aujourd’hui la fête des mères.  La réponse peut être non, mais pour les Etats-Unis d’Amérique, c’est aujourd’hui la fête des mères. 

Pour la petite histoire, le 1er mai 1864 naquît, dans la petite ville de Webster (Virginie-Occidentale), une petite fille du nom d’Anne Marie Jarvis. La mère d’Anne Marie Jarvis émît le vœu de voir la création d’un jour de fête en hommage à toutes les mamans. Le 12 mai 1907, deux ans après la mort de sa mère, et pour lui rendre hommage, Anne Marie Jarvis lança une campagne pour créer une fête officielle des mères. Sa lutte porta fruits en 1914, lorsque le texte fut approuvé par le gouvernement américain. Depuis, le second dimanche du mois de mai de chaque année est consacré à la fête des mères aux Etats-Unis d’Amérique. 

Mais l’histoire de la fête des mères ne remonte pas à Anne Marie Jarvis seulement. En effet, déjà dans la Grèce antique, lors des cérémonies printanières en l’honneur de «Rhéa», la Grand-mère des «dieux», on trouvait les traces de la célébration en l’honneur des mères. Une fête religieuse romaine célébrait les matrones le 1er mars. Au XVe siècle, les Anglais fêtaient déjà le Mothering Sunday, avant d’adopter la fête des mères à l’américaine en 1914. Les allemands l’officialisèrent en 1932 et la Belgique – le Danemark – la Finlande, l’Italie, la Turquie et l’Australie suivirent. En France, Napoléon tenta en 1806 de relancer la fécondité et prôna les vertus de la famille lors des fêtes ; en 1918 la ville de Lyon célébra la journée des mères en hommage aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leur mari durant la guerre ; en 1920 on fêta des mères de familles nombreuses ; en 1941 le régime de Vichy inscrivît la fête des mères au calendrier ; et en 1950 la loi du 24 mai fixa la fête des mères au dernier dimanche de mai. 

Sur le Continent africain, la fête des mères n’est pas connue dans la presque totalité des pays. Certains africains pourraient défendre le continent en disant qu’on n’a pas besoin de jour spécial pour célébrer les mères ; et que les mères étant des êtres très spéciaux, elles doivent être célébrées tous les jours. Je serais personnellement d’accord avec cet argument si les conditions de nos mères africaines n’étaient pas les plus pauvres du monde. 

Le moins qu’on puisse dire est que les mères africaines ne méritent pas le sort qui est le leur. La mère africaine porte dans sa vie pas seulement le bébé, mais les fardeaux, les corvées, le poids de la famille, les insultes de ses rivales, le poids de l’économie toujours défaillance à cause de la mal-gouvernance, la discrimination, l’analphabétisme, etc. C’est pourquoi je profite de cette journée pour lancer un appel à l’intention de tous les dirigeants africains du jour pour qu’ils décident d’un jour de fête pour la mère africaine. Plus que toutes les fêtes instituées dans le monde, la fête des mères me semble la plus importante. Car il s’agit de rendre hommage aux femmes, pas toutes les femmes, mais celles qui ont donné la vie, celles qui dans leur sein ont conçu des enfants et les ont engendrés, celles qui connaissent ce que c’est que les douleurs d’enfantement. Ma mère, ma sœur et ma femme en font partie. Et c’est le cas de tout le monde. 

Si nous sommes aujourd’hui plus de 7 milliards d’êtres humains sur la terre, c’est parce qu’il y a eu des mères quelque part. Ainsi, la fête des mères devrait être grandiose et solennelle. Elle devrait être une journée chômée et payée, une journée de réflexion sur la condition de nos mères africaines et cela dans tous les pays africains. 

Au nom du bureau exécutif du Bloc Libéral, je souhaite à toutes les mères du BL, de la Guinée et du monde, une excellente fête. 

Faya L. Millimouno

Président du BL

Print Friendly, PDF & Email



One thought on “Mères du monde, Faya Millimouno vous souhaite bonne fête!

    Laisser un commentaire