Mexique : la ville où copuler en public n’est plus interdit

Pour alléger le travail de la police, la commune de Guadalajara a décidé de réformer une loi. Désormais, tant que personne ne s’en plaint, il est possible de s’envoyer en l’air sur la voie publique.

La ville mexicaine de Guadalajara a trouvé une manière surprenante de soulager le cahier des charges de ses forces de l’ordre. Le Conseil municipal estime que la police perd trop de temps et d’énergie à s’occuper d’affaires mineures, au détriment des crimes sérieux, explique «El Universal». Pour régler ce problème, les élus ont voté une série de réformes, dont une concernant la loi sur les «actes allant à l’encontre de la dignité et de la coexistence sociale». En clair, la législation sur les actes sexuels ou exhibitionnistes en public vient d’être considérablement assouplie.

Dorénavant, Guadalajara autorise «les rapports sexuels et les actes d’exhibitionnisme de nature sexuelle» dans les lieux publics. Il est donc désormais possible de s’envoyer en l’air dans une voiture, sur la voie publique ou encore « dans des espaces visibles de l’extérieur » sans que la police vienne jouer les rabat-joie. De tels actes seront uniquement considérés comme des délits si un citoyen les dénonce aux autorités. Pas de délation, pas d’amende.

Guadalupe Morfin Otero, politicien à l’origine de cette réforme, a lancé cette idée non seulement pour soulager les policiers, mais également pour lutter contre une forme d’abus de pouvoir. Selon lui, les forces de l’ordre avaient tendance à coller des amendes abusives et à extorquer de l’argent aux citoyens se montrant trop affectueux en public.

20 minutes

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire