Connect with us

Societé

MICROCRÉDIT. A Koundara, le Crédit Rural de Guinée fait des heureux

Published

on

Au nord-Ouest de la Guinée, à près de 650 km de Conakry, la localité de Koundara, à proximité des frontières du Sénégal et de la Guinée Bissau, n’offre pas les conditions de vie les plus enviables. La pauvreté y est réelle, mais l’action du Crédit Rural de Guinée permet de changer la donne.

En empruntant la modeste somme de 50000 francs guinéens au Crédit Rural de Guinée (CRG) dans les années 90, Alpha Mamoudou Baldé, un modèle d’entrepreneur dans la localité de Koundara, a eu le nez creux. Cet ancien mécanicien moto a complètement transformé sa vie et changé d’activité dans une préfecture qui n’offre pas beaucoup de choix.

« Au début, en 1991, il réparait des motos, puis il a manifesté le désir d’aller au Sénégal. Une fois là-bas, il a ouvert un garage mais comme l’activité ne marchait pas, il a décidé de revenir en Guinée », explique, Abdourahmane Bah, responsable du CRG à Koundara.

« Avec nous, il a commencé avec de petits prêts pour poursuivre ses activités qui lui garantissait une survie. Mais un moment, il a perçu le potentiel de l’énergie solaire dans la localité. C’est ainsi qu’il s’est retourné au Sénégal pour y suivre une formation de 6 mois », ajoute Bah.

En 1998, Mamoudou revient en Guinée pour créer Badiar Solaire, sa propre entreprise spécialisée dans l’installation, la maintenance et la revente des produits liés à l’énergie solaire.

Son activité s’est développée : l’homme est parvenu à aménager un magasin et à installer quelques boutiques qui lui assurent un chiffre d’affaires minimum de 100 millions de francs guinéens par an.

A l’image de Mamoudou, d’autres clients du CRG à Koundara se battent au jour le jour pour trouver la voie qui leur permettra s’extirper de la pauvreté. L’institution de micro finance leur tend les bras au quotidien.

Cheick Soumah

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook