Ministère de l’Economie et des finances : les ambitions du nouveau ministre Mamadi Camara… 

Le 29 mai dernier, Mamadi Camara, macro-économiste, a pris les rênes du Ministère guinéen de l’économie et des finances en remplacement de Madame Malado Kaba.

Mamadi Camara a passé toute sa carrière internationale à la Banque Africaine de de Développement (BAD) d’abord à Tunis (en Tunisie) puis à Abidjan (en Côte d’Ivoire) avant de regagner l’Afrique du Sud, par la volonté du président Alpha Condé comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Guinée.

Ce statisticien des Finances Publiques formé à l’institut du Fonds Monétaire International (FMI) à Washington DC, aux États-Unis d’Amérique est aussi détenteur d’un Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en Banque et Finance internationale obtenue à l’Institut Finafrica de l’Université Luigi BOCCONI de la ville de Milan, en Italie, sans oublier le DES en Economie et Finances Publiques qu’il a décroché à l’institut Polytechnique de Conakry en République de Guinée. Ci-dessous, son discours lors de la passation de service…

Monsieur le Ministre d’Etat, Conseiller Spécial du Président de la République,

Monsieur le Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République,

Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale,

Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement,

Madame la Ministre sortante,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

A l’entame de mon propos, je voudrais exprimer mes sentiments de reconnaissance et de profonde gratitude au Président de la République, Professeur Alpha CONDE, pour l’insigne honneur qu’il a bien voulu me faire et la confiance placée en moi afin de diriger le Département de l’Economie et des Finances.

Je voudrais également remercier le Premier Ministre, Docteur Ibrahima Kassory FOFANA, et lui assurer de mon entière disponibilité à travailler, à ses côtés, pour l’atteinte des objectifs assignés au Gouvernement par 
Monsieur le Président de la République.

Ma nomination intervient à un moment où le Président met en œuvre plusieurs chantiers en vue de faire de la Guinée un pays émergent. J’appréhende avec la responsabilité requise toutes les charges inhérentes à ma nouvelle fonction. Je voudrais assurer le Chef du Gouvernement de ma détermination à œuvrer pour la réalisation des objectifs de développement économique et social de notre cher pays, la Guinée.

Madame la Ministre Sortante,

Je vous rends hommage ainsi qu’à vos prédécesseurs, pour le travail accompli durant ces dernières années dont les résultats relancent la nécessité de renforcer la croissance économique, la rendre plus durable et inclusive pour les populations guinéennes.

Je prends fonction à une période où le contexte international est marqué par la chute des cours des matières premières sur l’exportation desquelles repose notre économie.

Pour faire face à cette contrainte majeure, nous n’avons d’autres alternatives que de renforcer la résilience de notre économie en la diversifiant à travers une industrialisation basée sur nos produits agricoles, forestiers et miniers.

Au-delà de la nécessaire résilience à bâtir pour faire face à la volatilité des cours des matières premières, je reste convaincu que la politique économique de la Guinée doit se focaliser sur la diversification pour répondre aux aspirations des guinéens à des emplois décents et à un mieux-être.

Certes les défis sont énormes, mais ils sont surmontables si nous mettons ensemble les ressources naturelles et financières, ainsi que l’expertise nationale et la coopération internationale pour tirer le meilleur des expériences réussies.

Le défi de la mobilisation des ressources internes reste important à côté des financements externes pouvant être disponibles ainsi que ceux potentiellement mobilisables à travers des Partenariats Publics-Privés (PPP).

Mon expérience nationale et internationale m’a enseigné que seul le travail en équipe pourrait aider à relever de tels défis.

Avec les collègues des autres départements ministériels nous bâtirons cette équipe. De bonnes relations de collaboration entre le Ministère de l’Economie et des Finances, la Banque Centrale et le Ministère du Plan et du Développement Economique permettront des concertations régulières et fructueuses.

A l’instar des gnomes, nous devons bien garder les trésors de la République. Mais mieux que les gnomes, avec mon collègue
Ministre du Budget, nous devons augmenter les trésors de la République, en améliorant la collecte des ressources intérieures.

Je sais qu’il existe des cadres de haut calibre au Ministère de l’Economie et des Finances. Je compte sur leur expertise, leur expérience, leur patriotisme et leur sens élevé du devoir pour m’accompagner dans la mission que le Président de la République m’a confiée. La mobilisation des ressources intérieures dans la transparence et l’équité doit guider nos actions au quotidien.

Mesdames et Messieurs,

En matière de mobilisation des ressources internes, nous devons faire preuve d’innovation. Il est impératif que les régies financières portent à un niveau élevé leur capacité de collecte des recettes.

Mais, en plus, nous devons envisager de lever des fonds en recourant à d’autres mécanismes, en exploitant mieux le marché des capitaux pour financer le développement de la Guinée, en recourant à l’épargne des guinéens, aux emprunts nationaux et en mettant à contribution le secteur privé national et international.

Des grands pays comme les Etats-Unis et la Chine ont recouru à ces politiques au début de leur essor économique, ainsi que d’autres pays de petite taille comme le Luxembourg ou la Malaisie pour financer la construction de leurs infrastructures.

Mesdames et Messieurs,

Depuis l’avènement du Professeur Alpha Condé au pouvoir, la Guinée a fait de grands progrès dans le domaine économique et social. Notre Département doit contribuer à porter à un niveau plus élevé les progrès déjà accomplis en œuvrant pour une croissance robuste, une croissance à deux chiffres dans les années à venir.

Nous devons veiller à la qualité de la croissance, afin de « ne pas faire de laissés-pour-compte dans la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et l’inégalité ».

A cet égard, il faut rappeler que, à travers l’Agenda 2063, l’Union Africaine a enjoint à ses Etats-membres d’éradiquer la pauvreté en une génération, parallèlement à la construction d’une prospérité partagée à travers la transformation sociale et économique.

Nous devons maintenir de bonnes relations avec les institutions de Bretton Woods, et les autres partenaires multi et bilatéraux.

Certes, les appuis financiers du Fonds monétaire international ne peuvent pas répondre à nos besoins de financement, mais avoir le FMI de notre côté peut catalyser la mobilisation d’autres ressources financières plus importantes.

Nous devons compter sur nous-mêmes d’abord et considérer les apports extérieurs comme additionnels.

Au moment où je prends la tête du Ministère de l’Economie et des Finances, je n’ai qu’une seule ambition :

servir la Guinée et contribuer à réaliser le programme de développement économique et social du Chef de l’Etat. Dans les prochains jours, j’aurai des rencontres avec les équipes du ministère pour définir avec elles le cadre et la méthode de travail qui nous permettront de remplir avec succès notre noble mission et faire face aux priorités de la Guinée.

Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurai terminer ce discours sans avoir une pensée pour mes parents pour les sacrifices qu’ils ont consentis en vue de la construction de l’homme que je suis devenu aujourd’hui.

Je remercie mon épouse bien-aimée Docteur Dieney Fadima Kaba. Elle a fait de moi un meilleur père pour nos enfants, un meilleur fonctionnaire de l’Etat. Que Dieu guide nos pas dans la construction d’une Guinée où il fait bon vivre. Je vous remercie.

Conakry, le 29 mai 2018

————————–

Qui est le nouveau ministre de l’Economie et des Finaces de la République de Guinée ?

Monsieur Mamadi Camara Macro Économiste De nationalité Guinéenne Père de 4 enfants dont une fille et trois garçons

I- FORMATION POST-UNIVERSITAIRE ET UNIVERSITAIRE

– 1980 Certificat en Statistiques des Finances Publiques, Institut du Fonds Monétaire International, Washington DC, USA

– 1977 Certificat en Analyse et Politique financières, Institut du Fonds Monétaire International, Washington DC, USA

– 1974 Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en Banque et Finance internationale, Institut Finafrica/Université Luigi BOCCONI, Milan, Italie

– 1971 Diplôme de fin d’études supérieures (DES) en Economie et Finances Publiques, Institut Polytechnique de Conakry, Guinée

  1. EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

– Depuis 2013, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Guinée en République d’Afrique du Sud

2005-2013 : Consultant à la Banque africaine de développement (BAD) (i) Travaux d’analyse économique et financière pour les Départements suivants :

  • Département des opérations (OSGE, OCCW2, ORWA, NORD A, ORCE) ; j’ai participé à des missions de mise en place de deux projets d’appui institutionnel en Guinée : le PADIPOC (2006) et le PARCGEF (2010) dont j’ai élaboré les Notes Conceptuelles. Les activités du PARCGEF se sont focalisées sur l’amélioration de la gestion budgétaire et la mobilisation des recettes de l’Etat alors que celles du PADIPOC se sont concentrées sur le renforcement des structures du contrôle de la dépense publique ;
  • Département Gouvernance, Réformes économiques et financières (OSGE) ; mon travail dans ce département m’a donné l’opportunité de participer à la conception et la mise en œuvre de deux appuis budgétaires de la Banque en faveur du gouvernement guinéen, en 2010 et 2011, afin d’accélérer la réforme des finances publiques. En plus, j’ai participé à la mise en place de la plateforme financière de la BCRG, et élaboré les TDR de l’évaluation du secteur financier guinéen (Banque centrale, banques commerciales et assurances) en 2011.
  • Département de l’évaluation des opérations (OPEV) ii) Missions dans les pays membres régionaux suivants : Maroc, Guinée, Mauritanie, Bénin, Tchad, Niger, Tunisie, Gabon, Centrafrique, Sénégal, Cap-Vert et Madagascar 1999-2008 : Consultant à l’ONUSIDA.

Missions d’évaluation au Cameroun et au Togo 2003-2006 : Consultant à GTZ. Mission de post-évaluation de projets d’appui institutionnel en Guinée

2002-2006 : Chargé d’Opérations à l’Unité de privatisation, Ministère de l’Economie et des Finances 1999-2000 : Consultant au PNUD. Elaboration d’études thématiques sur l’économie guinéenne

1996-1999 : Economiste Principal Coordonnateur de la Cellule d’Etudes de Politique économique (CEPEC), le Projet ACBF (African Capacity Building Foundation) en Guinée, dont le siège est à Harare, Zimbabwe

1972-1985 : Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) :

  • Chef de Cabinet/Conseiller Spécial du Gouverneur
  • Directeur du Centre de Formation Bancaire
  • Directeur du Département de l’Emission et du Crédit
  • Analyste au Bureau d’Etudes et de la statistique

III. PUBLICATIONS

2018 « Les Clés pour le développement de la Guinée », Nouvelle Edition augmentée

2016 « The Keys to Guinea’s development », Version anglaise, Editions l’Harmattan, Paris

2015 « Les Clés pour le développement de la Guinée », Editions l’Harmattan, Paris

2010 « Où va la Guinée ? », Editions l’Harmattan, Paris

2003 « Quarante ans de gestion socialiste et libérale de la monnaie en Guinée (1958-1998) », Editions Ganndal, Conakry

  1. CONGRES ET CONFÉRENCES

1973-2003 : Participation, en qualité de Conseiller ou de Gouverneur pour la Guinée aux Assemblées annuelles du Fonds Monétaire International et de la Banque mondiale ; et du Groupe de la BAD

  1. APTITUDES ET DIVERS
  • Parle et écrit : Français, Anglais et Italien
  • Chargé de cours de techniques bancaires à l’Institut Polytechnique Gamal Abdel Nasser de Conakry, de 1972 à 197

· Utilisation courante des outils de Microsoft Office et Internet

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire