Connect with us

Societé

Ministère de l’Elevage : vers le recrutement de 1200 agents

Lors du conseil des ministres de ce jeudi, 11 avril le ministre de l’Elevage Roger Patrick Millimono a fait savoir que le vieillissement du personnel de son département oblige un recrutement d’agents à la fonction publique.

« Le ministre a mis en avant la vision de Monsieur le Président de la République de moderniser l’élevage guinéen en le faisant notamment évoluer d’un système extensif traditionnel vers un système d’élevage intensif plus productif, économiquement rentable et plus respectueux de l’environnement », lit-on dans le compte-rendu du conseil des ministres.

« Il a rappelé le vieillissement du personnel du Ministère de l’Elevage dont le dernier recrutement de cadres date des années 1990 alors que tous les ans, des dizaines de fonctionnaires de ce département font valoir leurs droits à la retraite. Cette réalité est reflétée dans la dernière situation des effectifs qui établit clairement la nécessité de procéder à un recrutement pour combler le déficit de personnel », ajoute le communiqué.

Par ailleurs, le Conseil a indiqué que « le Ministre soutient que cette insuffisance de ressources humaines compromet fortement la mise en œuvre des programmes d’encadrement des éleveurs, de promotion de l’insémination artificielle, de surveillance et de lutte contre les maladies animales ».

Le Conseil a marqué son accord pour cette initiative du Ministre de l’Elevage, rapporte le communiqué, « en insistant sur les points suivants :

-Procéder à une approche progressive dans le recrutement

–Etablir des critères de recrutement clairs et transparents

– Revoir le transfert au niveau du Ministère de l’Elevage des vétérinaires affectés dans d’autres départements ministériels

– Envisager le retour de certains vétérinaires ayant suivi des formations à l’étranger et actuellement non employés dans la fonction publique pour diverses raisons ».

Mediaguinee

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    12 avril 2019 at 17 h 51 min

    Je ne crois pas du tout que ce soit la meilleure décision à prendre en ce moment par le Gouvernement Guinéen. Vous vous créerez inutilement de nouveaux problemes de management, sans aucun résultat évident au bout du compte.

    L’élevage est bien entendu fondamental pour un pays comme la Guinée et rien qu’à voir aussi la part de ce secteur dans le PIB de certains pays de la Sous-région comme le Mali, le Niger, le Burkina Faso et même le Sénégal.

    Pourquoi commencer par le recrutement du personnel alors que le pays manque cruellement d’investissements physiques pour le développement et l’équipement du sous-secteur de l’élevage (construction des puits et autres enclos sécurisés, production de fourrage en quantite suffisante, fourniture de services de contrôle de la santé animale pour combattre au plus vite les maladies parasitaires très fréquentes et les maladies épizootiques, etc..) ?

    Quel est le Schéma directeur de l’élevage sur lequel travaille actuellement le Gouvernement Guinéen ?

    Où en-est-on du Code Foncier Rural et de la Loi sur le pastoralisme, en vue de la sécurisation du pastoralisme, et d’assurer le droit à la mobilité pastorale un minimum de protection en faveur des éleveurs et qui sont de plus en plus transhumants en raison des conditions climatiques de plus en plus séveres et dégradées ?

    Et quel est le niveau de transfert des compétences en faveur des Communes et districts sur ce plan, notamment en ce qui concerne par exemple la gestion des puits pour les éleveurs ou la protection des zones de cultures agricoles sources de conflits interminables entre éleveurs et agriculteurs ? La Presse nationale que j’ai parcourue, dit que par endroits dans le pays, les populations locales se battent avec les animaux pour partager les memes sources d’eau, juste pour trouver de quoi boire !

    Où en est-on de l’appui technique et financier des partenaires au développement (Coopération Française ou Belge, UE et autres agences de développement), en faveur du secteur de l’élevage en Guinée ?

    Pourquoi, ne pas imaginer un projet de construction d’une laiterie moderne qui puisse transformer le lait frais naturel des éleveurs Guinéens ? Ce qui aurait l’avantage de créer de la valeur ajoutée, des emplois permanents non négligeables et surtout de fournir un produit de consommation nationale qui n’a rien à voir avec le lait en poudre importé à coup de millions de Dollars et qui inonde actuellement le marché national ?

    Très franchement, je trouve à mon humble avis, que le recrutement de 1200 agents de l’élevage en 2019, ne devrait pas tout être parmi les priorités du Département de l’Elevage en l’absence des préconisations stratégiques que je viens de citer plus haut. C’est tout simplement une question de logique.

    Je n’en vois pas du tout la pertinence et le gain que va en tirer le Ministère de l’Elevage en ce moment précis.

    Je crois qu’il serait souhaitable de changer de stratégie économique et de savoir sur quels budgets pluriannuels devront travailler le Gouvernement Guinéen et les partenaires au développement intéressés au financement de l’élevage en Guinée, en tant que chapitre très important dans le programme national de lutte contre la pauvreté. Ce Departement est tres important pour la croissance economique du pays.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook