Le mouvement sékhoutouréiste célèbre le 25 Mai : Aminata Touré regrette que l’histoire ait été déformée…

Célébration jeudi 25 mai de l’an 55 de la création de l’Union Africaine, autrefois Organisation de l’Unité Africaine. Une caravane du mouvement sékhoutouréiste accompagnée d’organisations de la société civile, a battu le pavé du pont 8 novembre jusqu’au palais du peuple.

Depuis le 25 mai 1963 qu’elle avait été créée à Addis-Abeba, en Éthiopie, l’Organisation de l’Unité Africaine désormais Union Africaine, est issue de l’aspiration vers l’idéal d’unité prôné par les Pères de l’indépendance. Cette organisation se voulait être un outil de coopération et non d’intégration, entre les États. La Guinée à l’instar d’autres pays africains n’est pas restée en marge de cette date historique. Fatoumata Baloka Kaba, présidente d’organisation du carnaval du mouvement sekhoutouréiste se dit fière d’emboiter les pas des pères fondateurs des Etats africains à travers ce mouvement. « Je suis là aujourdhui en tant que révolutionnaire, membre du mouvement sékhoutouréiste et sékhoutouréiste. Pour nous, Sékou Touré est plus vivant que jamais. Aujourd’hui, nous sommes là pour l’unité africaine comme vous pouvez le voir avec ces drapeaux. Nos pères de l’indépendance, si seulement j’avais l’occasion de les voir, je serais la plus heureuse du monde car ces pères de l’indépendance que j’aime appeler les hommes dignes sont des modèles de réussite et des sources d’inspiration pour moi. Aujourd’hui, nous essayons d’emboiter leurs pas, c’est la raison pour laquelle nous sommes là aujourd’hui, nous sommes là grâce à ce qu’ils ont fait », dit-elle, soulignant que Sékou Touré qu’il est un imparfait parfait.

« Sékou Touré a été l’un des pionniers de l’émancipation de la femme. Pour lui, l’émancipation de la femme guinéenne est une obligation. C’est pourquoi j’invite le peuple de Guinée à dépasser ce passé douloureux mais pourtant victorieux et glorieux que nous avons connu grâce à Sékou Touré », a-t-elle exhorté.

Aminata Touré, fille du président Sékou et présidente du mouvement Kaloum Yigui, a invité la jeunesse guinéenne à plus d’unité en mettant de côté les différences de races et d’ethnies.

« Nous félicitons d’abord la jeunesse guinéenne, nous félicitons le mouvement sékhoutouréiste et tous ceux qui ont accompagné cette belle initiative parce que comme vous le savez la Guinée a été à l’avant-garde de la création de l’O.U.A qui est aujourd’hui l’Union Africaine. Donc nous avons occupé une place de choix, parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’il y avait deux groupes, il y avait le groupe de Casablanca et il y avait le groupe de Monrovia. La Guinée était parmi le groupe de Casablanca qui était appelé le 1er groupe. Mais la Guinée a pris sur elle, en plus de faire des démarches, d’envoyer des délégués vers le groupe de Monrovia pour qu’ensemble ils forment un ensemble africain, qui a débouché à la création de l’O.U.A. Alors vous devez être fiers de ce passé glorieux de la Guinée, de ce passé glorieux des pères fondateurs de l’Union Africaine. Et je souhaite qu’aujourd’hui vous vous appropriez cette histoire et que vous essayez de la faire connaître par les générations futures et touchez un nombre important parce que cette histoire avait été déformée, cette histoire avait été fabriquée et ce n’était pas en notre honneur. Nous devons être fiers nous Guinéens, de ce que nous avons fait, de ce que nous avons vu, le premier poste de secrétaire général de l’Union Africaine à la création de   l’O.U.A, a été octroyé à la Guinée. Et ça c’était pour remercier le peuple guinéen, les autorités guinéennes pour l’implication et le travail abattu pour la création. Et c’est ainsi que monsieur Diallo Telly Boubacar a été nommé comme premier secrétaire général de l’O.U.A. Donc, aujourd’hui nous nous pouvons que vous féliciter et vous encourager, vous devez continuer à vous battre pour que la Guinée soit unie comme elle l’a toujours été, sans distinction de race et d’ethnies parce que nous avons aujourd’hui ce problème qui est l’ethnocentrisme où on se reconnaît par les patronymes, où on se reconnaît par la région. Donc vous devez vous battre et continuer sur le chemin que vous empruntez en unissant tous les Guinéens pour que la Guinée reste et demeure la Guinée qu’elle a toujours été, c’est à dire une Guinée très paisible ».

Dissout en 2002 à Durban, en Afrique du Sud pour devenir l’Union Africaine, elle vise désormais à accélérer et approfondir le processus d’intégration économique et politique sur le continent.

Maciré Soriba Camara

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire