MUFFA de Guéckédou à l’arrêt : sa présidente pointe un doigt accusateur sur le ministre Marc Yombouno

Créée en 2015, par le président Alpha Condé dans le but de permettre aux femmes d’entreprendre des activités génératrices de revenu, la MUFFA de la préfecture de Guéckédou, au sud de la Guinée peine encore à fonctionner par manque d’accompagnement correct d’Afriland First Bank.

Rencontrée par la rédaction de MEDIAGUINEE, la présidente de cette institution financière, Thérèse Millimouno a, sans langue de bois indexé le ministre conseiller à la Présidence de la République, Marc Yombouno qui est selon elle, la personne qui mène des démarches dans l’ombre auprès d’Afriland First Bank pour retarder le financement de leur mutuelle.

‘’La MUFFA de Guéckédou comme toutes les autres mutuelles du pays a été créée sur initiative du Président de la République, Pr Alpha Condé en collaboration avec Afriland First Bank. Depuis 2015, nous avons grâce à la bonne collaboration des femmes mutualistes et certains ressortissants de Guéckédou vivants à Conakry, mené plusieurs démarches par rapport à son implication. Mais depuis l’implication du ministre Marc Yombouno, de sa belle-mère et de sa sœur Maimouna Yombouno, notre MUFFA est actuellement confrontée à d’énormes difficultés. Surtout qu’ils ont créé une mutuelle de relai appelée Diompilo à Conakry ici, tandis que la ville de Conakry a plusieurs MUFFA et de MCD’’, dit-elle entre autres.

A l’en croire, ‘’le ministre Yombouno se permet aussi de diviser les femmes et instaurer la manipulation et la diffamation. Je dois vous avouer qu’il y a aujourd’hui un manque de climat de confiance entre les femmes de Guéckédou. De surcroit, lorsqu’on a demandé un appui au président Alpha Condé, il (Alpha Condé) par le biais Docteur Balo et du Directeur national adjoint des impôts Michel, nous a accordé un financement d’un milliard de francs guinéens. Nous avons fait des signatures et établi les ordres de virement et Hadja Djakagbè est témoin parce qu’elle avait pris part à cette signature. Après cette signature, on nous a promis d’aller et que le virement sera fait le mardi qui suivait. C’était en décembre 2017 et jusqu’à nos jours rien a été fait. Lorsque les gens ont demandé à la Banque (Afriland First Bank), ils ont dit de faire recours à Marc Yombouno. Nous voyons donc qu’il (Marc Yombouno) est même en train de gérer Afriland First Bank parce que quand le chef de l’Etat décide, lui qui est un membre du gouvernement, je pense qu’il devait appuyer cela. Mais si lui sabote ces actions, je dirais que nous sommes embarrassés…’’

Poursuivant, elle a tenu à préciser : ‘’Nous voulons le retrait pure et simple du ministre Marc Yombouno dans cette affaire de MUFFA. Que notre MUFFA soit gérée par les femmes et qu’elle soit pour les femmes. S’il a des conseils à nous prodiguer ou qu’il apprend des problèmes entre nous, en tant que fils du pays, il peut venir demander pour savoir ce qui ne va pas. Mais il n’a pas d’idées à nous imposer parce que nous sommes gérées par Afriland First Bank et c’est elle qui coordonne toutes les activités des MUFFA en Guinée.’’

Avant de terminer, notre interlocutrice a mentionné avec force que les femmes membres de la MUFFA de Guéckédou n’excluent pas d’organiser des actions de protestation contre l’implication du ministre Yombouno dans les affaires de leur MUFFA. Ces actions de protestation, dira-t-elle, permettront d’attirer l’attention du président Alpha Condé sur la situation réelle de la MUFFA de Guéckédou.

A noter que nos multiples tentatives pour joindre le ministre Marc Yombouno pour sa version des faits sont pour le moment restées vaines.

Affaire à suivre !

Par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire