Neymar encourt jusqu’à six ans de prison en Espagne

Le magistrat espagnol qui devait juger Neymar pour les présumées irrégularités de son transfert au Barça, estime que le joueur encourt jusqu’à six ans de prison et que trois juges doivent donc présider son procès, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Le footballeur brésilien, ses parents, le président du FC Barcelone Josep Maria Bartomeu et son prédécesseur à la tête du club, Sandro Rosell, sont en attente de procès en Espagne, pour le présumé délit de « corruption » lors du recrutement de Neymar par le Barça en 2013.

Bartomeu, Rosell et le Barça devront en outre répondre du délit d' »escroquerie », tout comme l’ancien club de Neymar au Brésil, Santos, et son ex-président, Odilio Rodrigues Filho.

L’affaire avait été déclenchée par une plainte du groupe brésilien DIS, ancien détenteur d’une partie des droits du joueur, s’estimant lésé dans l’opération.

Le juge José María Vázquez Honrubia a considéré mercredi que selon l’accusation présentée par DIS pour « corruption dans les affaires » et « escroquerie », « la peine pouvant être imposée en principe (à Neymar) pourrait être de quatre à six ans », selon une ordonnance à laquelle l’AFP a eu accès.

La peine encourue étant supérieure à cinq ans, le juge considère que ce sont trois juges qui devront présider le procès du footballeur. Il a donc saisi la chambre pénale de l’Audience nationale, juridiction réservée aux cas ayant une importance nationale ou internationale.

Dans la pratique, sa décision retarde encore davantage l’éventuel procès. En mai 2017, la justice espagnole avait conclu que Neymar devait être jugé mais aucune date de procès n’avait encore été fixée.

Belga

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire