Connect with us

Politique

Nouvelle Constitution : Alpha Condé donne plein pouvoir au Premier ministre d’engager un dialogue inclusif

C’est clair. Alpha Condé tient à une nouvelle constitution. Le président guinéen l’a fait savoir -à sa manière- mardi dans son adresse à la Nation. Dans son discours très attendu, le chef de l’Etat a fustigé l’Afrique toujours dominée qui attend toujours tout de l’extérieur. Il dit que le continent doit s’assumer et choisir sa voie.

A propos de la nouvelle constitution qui fait débats, Alpha Condé dit avoir toute sa confiance en son Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana qui doit  engager un dialogue inclusif avec toutes les forces vives de la nation en vue de recueillir leurs avis. Non sans mettre en garde ceux qui parlent au nom du peuple.

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    5 septembre 2019 at 8 h 49 min

    Cette décision du Président de la République, personnellement, je ne la comprends pas du tout.

    (1)Le choix de la personnalité consensuelle pour conduire le dialogue inclusif n’est-il pas allé trop vite ? Pourquoi ce choix maintenant sans consultation préalable des meilleurs profils politiques, juridiques et académiques pour conduire les travaux dudit dialogue ?

    (2)Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Dr. Ibrahim Kassory est-il la personnalité idoine pour conduire le dialogue inclusif, alors que l’on connaît à priori les lignes de défense très nettes du Premier Ministre, et qu’ensuite, l’on ne parle ni de formation de Gouvernement, ni de préparation ou de formulation d’une lettre de politique générale du Gouvernement ?

    Nous sommes devant une grande crise politique, qui appelle des arbitrages acceptés par les parties prenantes pour préserver la stabilité politique du pays.

    Je ne crois pas du tout à la pertinence du choix du Premier Ministre, et de toute évidence, le dialogue risque d’être tout simplement boycotté par les forces politiques de l’Opposition et la Société Civile.

    Le Premier Ministre est déjà ouvertement le bras armé et la tête à penser pour la mise en route de la nouvelle Constitution, au nom du Président de la République et de la majorité présidentielle.
    Pourquoi devra-t-il diriger nécessairement le dialogue national inclusif ? Pour aboutir à quel résultat politique ?

    (3)Comparaison n’est pas raison, c’est vrai. Mais pour sortir de la grande crise politique qui plombe la vie politique du Sénégal depuis les dernières présidentielles, ils ont mis plusieurs semaines avant que le Président Macky Sall trouve finalement, en fin Mai dernier un Président du Dialogue National consensuel, en la personne de Mr. Nfamara Sagna, une vieille personnalité (Administrateur et éminent Juriste) du landerneau politique et qui n’appartient à aucune formation politique depuis 1990.

    Homme politique Sénégalais, NFamara Ibrahima Sagna est un ancien acteur politique majeur issu du Parti Socialiste (PS) en Janvier 1984, sous la direction du Président Abdou Diouf.

    Choisi par le président Macky Sall pour faciliter le Dialogue National, Nfamara Ibrahima Sagna est un homme politique Sénégalais, plusieurs fois Ministre et ancien Président du Conseil économique et social de la République du Sénégal sous la présidence d’Abdou Diouf.

    CONCLUSION :

    Je crois qu’il serait plus judicieux d’aller moins vite, le temps de trouver une personnalité forte et consensuelle pour conduire le Dialogue national inclusif, dans l’intérêt de la mouvance présidentielle, de l’Opposition, de la Société Civile et de tous les grands acteurs impliqués dans le débat national autour de la question référendaire souhaité par le Président de la République.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook