Connect with us

Societé

N’zérékoré : vers la réglementation des lieux de culte et foyers islamiques

Published

on

Ils étaient au total 31 personnes issues des foyers islamiques et cultes musulmans de la région à prendre part à un atelier à la bibliothèque préfectorale de N’zérékoré. Cette activité s’est déroulée en présence des autorités administratives ainsi que des membres de la ligue islamique préfectorale et communale.

En procédant à l’ouverture de cette activité, le représentant du gouverneur a souhaité la bienvenue aux participants et a réitéré l’engagement des autorités locales à les accompagner dans cette initiative qui, est selon lui, d’une importance capitale dans le contexte actuel du pays.

D’entrée de jeu, c’est le consultant du projet Ahmed Sékou Touré qui est revenu sur le but de ces trois jours de rencontre.

« Ce projet est une initiative du gouvernement guinéen qui a pour but de lutter contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Ce projet va se solder par la finalisation d’un texte réglementaire au profit des mosquées et les écoles coraniques. Cet atelier regroupe plusieurs participants qui sont des imams, des fondateurs d’écoles islamiques et foyers coraniques, des administrateurs, des étudiants et élèves des écoles coraniques, des prédicateurs de la société civile. Donc tous ces acteurs auront un rôle à jouer dans le cadre de l’élaboration de ce texte réglementaire et la méthodologie qui a été adoptée qu’est une méthodologie participative et inclusive », a expliqué Ahmed Sékou Touré.

A la question de savoir pourquoi les foyers musulmans seulement sont intéressés par ce projet ? « Le choix est tombé sur le culte musulman parce que des études ont été menées et ont prouvé que les gens qui posent le plus souvent les actes de terrorisme et du radicalisme, le font souvent en passant par les foyers coraniques et les mosquées. Donc, ces mosquées deviennent des canaux vulnérables de transmission de ces méthodes violentes », répond-il.

De son côté, Me Tafsir Bah, assistant au secrétariat des affaires religieuses s’est dit heureux du bon déroulement de cet atelier qui va fortement contribuer à la bonne compréhension de l’islam qui est une religion de soumission et de paix.

Quant aux participants, ils se disent également satisfaits de cette formation et promettent de faire la restitution à leur base. Un document final qui tient compte des propositions de ces acteurs sera donc présenté au secrétaire général des affaires religieuses, avant d’être adopté par l’Assemblée Nationale.

Amara Souza correspondant à N’zérékoré

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook