Perroquets de la République, cessez votre simagrée mythologique d’humeur ! (Par Habib Marouane Camara)

« Ceux qui proclament la victoire ne sont pas toujours ceux qui ont le plus contribué ». Sans oublié que la victoire a mille parrains et l’échec est orphelin.

La plus belle victoire s’arrache dans les moments les plus ultimes de la lutte. La valeur d’une victoire, c’est aussi la surprise du moment où tout espoir est perdu. Comme l’a dit Honoré de Balzac : « La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent mais à frapper juste ».

La simagrée mythologique d’humeur doit cesser !

Sur des airs protégées, mieux vaut s’échanger des cartes de visite que de se battre. Et voilà au moment où tout le monde s’inquiétait pour un naufrage, le Ministre d’État Tibou kamara confirme encore et pour toujours qu’il est incontestablement un fin négociateur. Lorsque l’horizon s’assombrit, il est parfois dangereux de le nier. Au contraire, il vaut mieux être averti des tempêtes afin de les traverser sans galère que de faire sourde oreille. C’est ce qu’à compris le Ministre Tibou kamara depuis le début de la crise dans le secteur de l’éducation nationale.

S’il était compris et entendu, sans considération d’égo ou de guerre de gloire et d’honneur, on aurait pu faire assez d’économie pour éviter l’enlisement. Car, le Ministre d’État Tibou a compris que l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant.  Selon lui, la plus coûteuse des dépenses, c’est la perte de temps. Et malheureusement, il a été vilipendé et jeté dans la gueule du loup avec toute sorte d’injures proférées à son encontre par une milice médiatique à la solde de certains Ministres de la République.

Mais le principe est connu de tous. Le Ministre d’État Tibou sait mieux que vivre, c’est d’abord se tenir prêt à recevoir le ciel sur la tête. Si tu pars du principe que l’existence n’est qu’une épreuve, tu es équipé pour gérer ses peines et ses surprises. Si tu persistes à attendre d’elle ce qu’elle ne peut te donner, c’est la preuve que tu n’as rien compris. Prends les choses comme elles viennent, n’en fais pas un drame ni un plat ; ce n’est pas toi qui mènes ta barque, mais le cours de ton destin.

C’est un compromis qui arrive au bon moment. Cette lutte des humbles, cette lutte courageuse et victorieuse mérite son livre. Elle doit s’inscrire d’une façon ou d’une autre, dans les consciences et dans l’histoire de notre société surtout dans la vie syndicale. Elle a été douloureuse pour les uns et glorieuse pour d’autres.

Les syndicalistes ont été reconnaissants et ont rendu des honneurs et hommage à leur soutien pour leur dextérité et leur langage de vérité. Ces derniers ont été acclamés et ovationnés avec des chants dignes d’un héro qui rentre d’une guerre avec la Palm de la victoire. Tibou kamara et Gassama Diaby ont été récompensés par la majorité silencieuse pour leur proximité et leur sens d’écoute du bas peuple ou de la classe des oubliés de la République.

Malgré tout ce qui a été dit ou qui a été fait pour décourager le Ministre d’État Tibou kamara, il a su affronter les obstacles. Il n’était pas à la recherche d’une quelconque gloire, ni s’offrir le luxe d’une victoire mais il a tenu avec bravoure et détermination à mériter la confiance du Chef de l’État et des leaders syndicaux.

Dans cette lutte, le Ministre d’État Tibou a eu la carapace dure et un moral d’acier malgré les piques et le temps difficile pour le régime de son patron, il était seul au front de défense. Le Chef de l’État a été abandonné et isolé par les courtisans du Palais. Plus personne n’a voulu prendre le risque pour un régime qui était aux abois malgré les bénéfices qu’ils en ont tiré. C’était un silence absolu dans le royaume des perroquets !

Aujourd’hui, l’ordre est retrouvé. Tous se proclament généraux. Chacun dit avoir contribué pour la paix même si on a tendance à vouloir mettre de côté les vrais artisans. Mais les syndicalistes ne se sont pas  trompés sur les vrais acteurs. Hommages et honneurs avec des couronnes en or ont été rendus aux plus méritants.

Mille parrains pour une victoire ? La simagrée d’humeur doit cesser, même si la victoire engendre toujours la haine !

À bon entendeur salut!

Par Habib Marouane Camara

Journaliste et analyste politique

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email



2 thoughts on “Perroquets de la République, cessez votre simagrée mythologique d’humeur ! (Par Habib Marouane Camara)

Laisser un commentaire