Connect with us

Politique

Mariko favorable à une nouvelle Constitution en Guinée : ‘’je suis prêt à être mercenaire pour la cause juste’’

L’opposant malien et leader de SADI (Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance) Oumar Mariko a déclaré samedi à Conakry lors d’une conférence de presse que ‘’si le peuple veut que Alpha Condé continue un 3è ou 4è mandat, c’est le choix souverain du peuple de Guinée’’. Ajoutant qu’il est ‘’prêt à être mercenaire pour la cause juste’’. Extraits…

Si le peuple veut que Alpha Condé continue un 3è ou 4è mandat, c’est le choix souverain du peuple de Guinée

« (…) Si le peuple veut que Alpha Condé continue un 3è ou 4è mandat, c’est le choix souverain du peuple de Guinée. Si je dois parler de la politique d’Alpha, ce n’est pas certainement à cette conférence mais, je dois dire une chose, c’est maintenant que Alpha Condé est entré dans ma gamme si non, il n’était pas. C’est lors du sommet de l’UA ou de l’OUA je ne sais plus, je crois en Côte d’Ivoire, Alpha a dit que « ce sont les Français qui nous ont mis dans cette merde en Libye et nous, nous connaissons les conséquences de cette lutte en Libye.

Je n’ai jamais aimé Lansana Conté, mais quand il s’est opposé à ce que la troupe de la CEDEAO vienne en Guinée, j’ai applaudi

Je n’ai jamais aimé Lansana Conté mais, quand il s’est opposé à ce que la troupe de la CEDEAO vienne en Guinée, j’ai applaudi. J’ai applaudi davantage que je suis dans un pays aujourd’hui où la France, la CEDEAO, l’ONU, ils sont en train de dépecer le Mali et la Guinée doit faire extrêmement attention. J’ai entendu Alpha dire que les Français qui nous ont mis dans cette histoire-là et, tant que l’Afrique ne coupe pas le cordon ombilical avec la France, on ne s’en sortira pas-là. Je dis bravo. Le chef de l’État qui a le courage de dire cela aujourd’hui, mais il aurait dû ajouter comme l’a dit le président Ahmed Sékou Touré parce que lui, il a dit il faut qu’on coupe le cordon ombilical avec la France. Arrêtons de jeter le bébé avec l’eau du bain. Ce que je peux dire à mon grand-frère. Donc, depuis quand il a dit cela, j’ai dit que je peux aller lui serrer la main mais je n’ai pas pu à cette époque-là jusqu’à ce qu’il soit impliqué dans la crise malienne.

Alpha Condé doit s’impliquer dans la libération de Mohamed Touré

Pour moi, tout chef d’État africain qui lève la tête aujourd’hui pour dire qu’il faut rompre le cordon ombilical avec les puissances colonisatrices pour trouver une autre voie, alors moi j’applaudis. Maintenant, les contradictions internes dans son pays, ça il faut le lire autrement et avec les forces sociales qui sont en place. Je ne peux pas dire plus que ça. Moi. J’ai eu mon jugement et, c’est un jugement positif. Et, je dis qu’il faut qu’il élève ce jugement positif-là pour s’impliquer dans la libération de Mohamed Touré. Je dis honnêtement, panafricaniste pour panafricaniste, ils ne sont pas nombreux les chefs d’Etats de la sous-région ouest-africaine qui puissent tenir un tel propos.

Quand vous dites que je suis un mercenaire, je suis prêt à être mercenaire pour la cause juste

(…) Si vous dites aujourd’hui aux Guinéens qui vont marcher contre un troisième mandat, vous leur demandez il y a quoi dans la Constitution, il ne savent rien de cette Constitution. Mais, quand tu lui demandes pourquoi tu marches ? Il va te dire parce que  »quand je vais à Donka, je paie 1 million pour le scannage. Quand tu lui dis que l’Assemblée nationale a voté telle loi, est ce que les députés ont fait la restitution ? Il ne connait même pas loi qui a été restituée. Je comprends que la base pour la démocratie pour laquelle je me bats au Mali reste encore d’actualité. La profondeur de ce que nous débattons aujourd’hui va être comprise plus tard.  Les enjeux d’actualité, Alpha veut changer la Constitution pour avoir un troisième mandat, certains disent que ça ne sera pas un troisième mandat, mais un premier dans une autre république. C’est cet enjeu-là qu’on voit dans toutes les démocraties et moi ça me donne la nausée.

Moi, je suis président de la République demain, je changerais la Constitution et je me présenterais autant de fois que je veux

Quand vous dites que je suis un mercenaire, je suis prêt à être mercenaire pour la cause juste. Ce que je veux vous dire, il y a les principes de changement d’une Constitution, ce n’est pas une histoire d’un an, deux ans, trois ans ou six mois. Si la constitution guinéenne dit :  »vous pouvez me toucher avant un an ou six mois, c’est la démocratie. » Mon problème, ce n’est pas le changement, ni le référendum.

Je ferais en sorte que les élections soient transparentes, si je ne suis pas élu, je ramasse mes affaires et je m’en vais

Moi, je suis président de la République demain, je changerais la Constitution et je me présenterais autant de fois que je veux. Je vous le dis très clairement et je n’ai rien à cacher. Mais, je vais ouvrir le débat et je rentre dans le débat moi aussi. Je ferais en sorte que les élections soient transparentes, si je ne suis pas élu, je ramasse mes affaires et je m’en vais. (…)

Propos recueillis par Mohamed Cissé

+224 623338357

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Kourouma

    26 mai 2019 at 15 h 04 min

    Je vais te dire on a besoin de toi pour nous faire de la morale alpha oméga est plus théorique que pratique, donc va donner de la leçon dans ton pays où tout semble détruit que de te masturbe devant nous œuvre de diable Satan que vous êtes

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook