Enquêtes : une étude révèle que 2/3 des Guinéens vivent en dessous du seuil de pauvrété

Les structures Afrobaromètre et Stat View international ont animé ce mercredi une conférence pour présenter des données issues des enquêtes de l’évaluation de la démocratie, la pauvreté, l’accès à l’électricité et la gouvernance en Guinée.

Ces enquêtes ont été menées pour évaluer les conditions de vie des Guinéens, la gouvernance locale et l’accès à l’électricité sur la période allant de 2013 à 2017. Les résultats de ces enquêtes ont révélé que plus de la moitié des Guinéens vit en dessous du seuil de pauvreté et les conditions de vie se sont dégradées au fil des années et varient selon les zones d’habitation, le sexe et le degré d’instruction des populations.

Au niveau de la gouvernance locale, la plupart des personnes interrogées estiment que le travail des élus locaux devait être une préoccupation des électeurs et donc de la population que des institutions comme l’assemblée. Les conclusions de cette enquête révèlent aussi que la corruption reste un fléau qui gangrène les collectivités locales. Plus de 40% des personnes interrogées avouent avoir donné des pots-de-vin pour s’offrir les services d’un administrateur local.

Au niveau de l’accès à l’électricité, les enquêtes d’Afrobaromètre montrent que l’électricité reste une denrée rare. La desserte en électricité reste une préoccupation en Guinée. En milieu rural, l’électricité est quasi inexistante.

Pour le Directeur général de Stat view international, “la méthodologie qui est développée dans chacun des pays, il s’agit des enquêtes que nous menons sur des échantillons qui sont statistiquement représentatifs, des échantillons pour lesquels nous avons des marges d’erreur qui se situent entre plus ou moins 3%. Quand on fait une enquête par sondage, on ne peut pas interroger tout le monde. On essaye d’interroger des répondants de manière à ce que ces répondants soient représentatifs de l’ensemble des stats de la population. Mais comme on n’avait pas interrogé tout le monde, on induit une marge d’erreur. L’échantillon standard maintenu c’est 1200. Donc nous passons dans 1200 ménages pour faire des investigations, nous faisons des analyses poussées pour donc produire des résultats qui sont comparés à la situation de la Guinée d’avant mais aussi à la situation des autres pays.  Avec Afrobaromètre, nous tenons compte de l’équité genre. Quand on va dans les ménages, la parole est donnée aux hommes. Avec nous, il y a l’équité, il y a une participation à part égale à l’égard des femmes”, a expliqué Aliou Barry, Directeur général de Stat view international.

Au cours de cette cérémonie qui a réuni les représentants de l’administration et des collectivités locales, plusieurs questions liées à la condition de vie ont été débattues. A tour de rôle, le DG et le point focal de stat view international, ont dans des exposés liminaires présenté les conclusions de l’enquête d’afrobaromètre.

La cérémonie a pris fin par la projection de trois vidéos de cette enquête.

Thierno Sadou Diallo

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire