Planification familiale : la Guinée utilise les meilleures pratiques

Une réunion stratégique du Partenariat de Ouagadougou s’est tenue à Conakry les 25 et 26 avril 2016 pour s’enquérir de l’état de mise en œuvre du plan de relance de la planification familiale en Guinée.

Selon la Directrice de l’Unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou, Fatimata Sy, cette visite en Guinée des différents bailleurs qui accompagnent ce mouvement vise aussi à « remobiliser l’ensemble des parties prenantes pour se recentrer sur ce plan de mise en œuvre de ce plan de relance de la planification familiale. »

« Je pense que nous avons réussi », a-t-elle dit, avant d’affirmer que le mouvement Partenariat de Ouagadougou était satisfait du travail fait par la Guinée : «Nous avons perçu quelle est aujourd’hui la dynamique dans laquelle la Guinée s’engage et nous avons appris avec beaucoup de satisfaction les actes que la Guinée a posés pour le repositionnement de la planification familiale entre autres, c’est de placer la santé maternelle et infantile et la planification familiale comme piliers du plan national de développement sanitaire. Nous avons vu que la Guinée  s’engage à augmenter la ligne budgétaire pour l’acquisition des produits contraceptifs, à augmenter les ressources humaines pour la santé reproductive et la santé familiale entre autres. »

La Guinée devra servir de modèle aux pays de la sous-région membres du Partenariat de Ouagadougou.

«Nous avons noté avec satisfaction que la Guinée dispose aujourd’hui de très bonnes pratiques, essentiellement ce qu’elle est en train de faire pour les jeunes. La Guinée offre aux jeunes des soins de qualité en matière de planification familiale et qui pourraient être portés à la connaissance des autres pays du Partenariat de Ouagadougou. Nous avons vu aussi ce que la Guinée est en train de faire comme intégration de la planification familiale dans les services de santé. La Guinée fait de bonnes choses dont la promotion peut être faite dans les autres régions. L’autre pratique aussi, c’est la planification familiale combinée aux soins post-partum. Là aussi c’est une très bonne pratique que nous allons pouvoir promouvoir au niveau des huit autres pays », a expliqué Mme Fatimata Sy.

Le Partenariat de Ouagadougou, est mis en place en février 2011  par la Guinée, le Bénin, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Togo, le Mali, le Niger et la Mauritanie et leurs partenaires techniques et financiers. Il vise à accélérer les progrès dans l’utilisation des services  de planification familiale dans ces pays membres.

En Guinée, malgré ses efforts, 24% des besoins en planification familiale ne sont pas satisfaits, selon l’EDS 2012.

BAH Alhassane

+224 664 47 98 55

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire