Point de vue// Crise à la Féguifoot Et si c’était le printemps du football guinéen… (Par N'Famara Bangoura)

Le vendredi 15 avril 2016, notre pays la Guinée a connu deux événements majeurs au sommet de la Féguifoot. Deux suspensions le même jour. La première contre le secrétaire général Blasco Barry, suspendu illégalement par le président Salifou Camara Super V. Sans réunion du comité exécutif. Salifou l’aura fait comme avec l’ancien candidat et vice-président de la Féguifoot Becken Diarra. Pour ceux qui ne savent pas le président doit exécuter les décisions du comité exécutif. Il propose une nomination ou une révocation, mais il appartient aux membres du comité exécutif dans leur ensemble d’entériner la nomination ou la révocation d’un membre. Ce qui veut dire que la décision limogeant le secrétaire général Blasco Barry est anti-statutaire. La deuxième suspension est contre le président Super Vé lui-même. Les 11 frondeurs du comité exécutif à l’issue d’une réunion extraordinaire à laquelle le président Super Vé et les 3  autres membres qui le  soutiennent n’ont pas assisté, après avoir constaté les violations graves des principes et des statuts de la CAF et de la FIFA, ont décidé à leur tour de suspendre provisoirement  Super V de ses fonctions de président de la Féguifoot, jusqu’à la prochaine assemblée générale conformément à l’article 39.1 des statuts, relatif aux compétences du comité exécutif. Sur la même lancée, en se référant toujours aux statuts et règlements, les frondeurs ont fixé la date de la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire au plus tard le 15 juillet 2016. Rappelons que 7 mois après sa réélection, le Super Vé a été contesté par  les membres du comité exécutif appelés le G11 qui lui ont demandé de faire le compte-rendu par rapport à la gestion de certaines ressources de l’institution, acquises grâce à des sponsors locaux et étrangers, et même la CAF et la FIFA. En vain ! Dans sa lettre réponse d’une dizaine de pages, le Super Vé n’aura pas abordé l’essentiel à notre avis. Il est même allé très loin en traitant les frondeurs de G11 négatif.  Il y a plus de 5 ans que nous avons  dénoncé  la mauvaise gestion du Super V. Nous avons estimé qu’il n’était pas du tout bon pour le football guinéen, qu’en son temps en 2001, la Guinée avait été suspendue par la CAF et par la FIFA. Qu’il était plus  un  homme d’affaires qu’un gestionnaire de football. Il passait tout son temps en dehors du pays et il continue à être dehors. Et quand il a dos au mur, il se bat bec et ongles pour défendre même des causes perdues. L’histoire nous a donné raison. Cette double suspension commence à déjà peser dans la balance. Les arbitres à travers leur CA (Commission des arbitres) auraient apporté leur soutien aux frondeurs. Et sur la même lancée ils ont décidé de suspendre leur participation dans toutes les compétitions locales (Ligues 1 et 2). Aux dernières nouvelles ces compétitions sont suspendues provisoirement jusqu’ à nouvel ordre. La semaine prochaine les émissaires de la CAF et de la FIFA devraient atterrir à Conakry pour dire son mot dans la crise et évidemment mettre en place un comité de normalisation avant les élections dans les prochaines semaines. En attendant, l’on se rend compte qu’une nouvelle ère s’ouvre le football guinéen.
N’Famara Baga Bangoura 

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire