Gbérédou Baranama : le visage se délabre…

Située à 30 kilomètres de la préfecture de Kankan, la sous-préfecture de Gbérédou Baranama est dans un état de dégradation poussée. Erigée depuis 1975 comme arrondissement avec 11 districts en son sein après le découpage administratif sous la première république, cette sous-préfecture n’a connu aucun autre découpage administratif. Tout d’abord, c’est le bureau du sous-préfet qui a été construit en 1975 et après sa résidence. Donc 43 ans après, ces bâtiments n’ont bénéficié d’aucune rénovation.
À vrai dire, les bureaux sont envahis par des araignées, cafards, souris voire les punaises et autres qui empêchent le sous-préfet, le secrétaire communautaire de travailler confortablement.

« Vraiment, on a honte de montrer ce bâtiment-là qui date de 1975. De cette date, à nos jours, aucune rénovation n’a été faite, d’ailleurs ce bâtiment est construit par la communauté en 1975 », a déploré le directeur sous-préfectoral de la jeunesse Moussa Condé.
Poursuivant, il indique que beaucoup de hauts cadres du pays sont originaires de cette localité mais leur apport est invisible vu le délabrement des bâtiments administratifs.

« On n’a pas de sous-préfet qu’il n’est pas stable, d’ailleurs sa famille n’est même pas là. Donc la sous-préfecture est abandonnée à elle-même, les herbes ont envahi la sous-préfecture parce-que le sous-préfet est absent », a confié un citoyen de Gbérédou Baranama.
Depuis 1975, la sous-préfecture natale du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation n’a bénéficié d’aucune infrastructure administrative.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire