Primature: le bureau d’exécution stratégique (BES) se penche sur le développement de la filière ananas

Sous la tutelle du Premier Ministre Mamady Youla, le Bureau d’Exécution Stratégique (BES) en coordination avec le Ministère de l’Agriculture et le Cabinet Dalberg, a organisé ce jeudi à Conakry le deuxième atelier consacré au développement de la filière ananas dans notre pays. Un programme qui devrait être mis en œuvre au cours des deux prochaines années.
Cette série d’ateliers vise à réunir les parties prenantes dans la mise en œuvre de l’initiative du BES dans le secteur agricole afin d’assurer une bonne compréhension et une forte appropriation des objectifs par les participants. Il s’agit également de leur permettra de contribuer au développement de plans d’actions concrets et réalistes.
Ainsi, au cours de cette séance de travail, les participants sont brièvement revenus sur les conclusions du premier atelier qui portait sur l’identification des contraintes et solutions précises pour la chaine de valeur ananas. Parmi les premières données relevées, il a été constaté que le marché mondial est dominé part le Costa Rica, mais de nouvelles tendances offrent des opportunités pour la Guinée.
Toutefois, les travaux ont permis de dégager que des limites structurelles ne permettaient pas à la Guinée de tirer parti de ces nombreux atouts dans la filière ananas. Ces limites sont : la fragmentation du marché, l’absence et les coûts des produits, la limitation des possibilités de financement et la fragilité du produit. D’autres contraintes liées aux intrants, à la production et à la commercialisation ont été définis. Il faut préciser qu’environ 9.400 tonnes d’ananas sont produites chaque année dans les préfectures de Kindia et Forécariah en Basse Guinée avec l’ambition de produire 20.000 tonnes par an d’ici 2018.
Suite aux échanges, trois initiatives ont été identifiées pour relancer la filière :
• L’aménagement des terrains (Etendre les surfaces d’exploitation à fort potentiel, Garantir l’accès aux solutions d’irrigation, Accompagner la production de rejets de qualité) ;
• L’accès aux engrais (Assurer l’approvisionnement en engrais simples tels que l’urée ou du potasse de sulfate sur le marché, Contrôler la bonne utilisation des engrais, Augmenter l’accès au financement) ;
• La commercialisation (Suivre les producteurs à fort potentiel pour garantir la mise aux normes pour l’exportation, Renforcer les capacités des exportateurs sur les produits fruitiers pour explorer de nouveaux marchés, Accompagner les revendeurs locaux pour maximiser leurs revenus).
Pour le Bureau d’Exécution Stratégique (BES) de la Primature, l’ensemble de ces modifications devraient permettre d’améliorer substantiellement la quantité de surfaces cultivées (360 ha à 800 ha), les rendements (de 30t/ha à 50t/ha) et les exportations aériennes (de 0 tonne à 2.500 tonne) entre 2016 et 2017.
La Cellule de Communication du Gouvernement

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire