Le prince Charles à une femme de couleur: « vous n’avez pas l’air de venir de Manchester »

Tout juste choisi pour succéder à sa mère à la tête du Commonwealth, le prince Charles s’est fait remarquer d’une bien mauvaise manière.

Les dirigeants du Commonwealth sont tombés vendredi d’accord pour que le prince Charles succède à sa mère la reine Elizabeth II à la tête du Commonwealth, rapportaient les médias britanniques vendredi. Elizabeth, qui fête ses 92 ans ce samedi, avait exprimé jeudi le souhait que son fils aîné prenne sa succession en tant que chef de l’organisation, un titre symbolique et non héréditaire.

Réunis en sommet jusqu’à vendredi soir, les dirigeants du Commonwealth, qui regroupe 53 pays anciennement colonisés par le Royaume-Uni, ont accédé vendredi à la demande de la souveraine, lors de discussions au château de Windsor, selon la BBC et Sky news.

Et l’héritier du trône britannique s’est fait remarquer d’une bien mauvaise façon. Charles s’est en effet adressé à une femme aux origines guyanaises en déclarant qu’elle n’avait « pas l’air de venir de Manchester. »

« Je me suis sentie humiliée »
La femme en question s’appelle Anita Sethi, une écrivaine née à Manchester, dans le nord de l’Angleterre. Elle était présente cette semaine au Commonwealth People’s Forum, où elle donné une conférence sur les inégalités au sein du Commonwealth.

Au cours de l’événement, la jeune femme a eu les honneurs de rencontrer le père de William et Harry. Il lui a d’emblée demandé d’où elle venait. « Manchester, Royaume-Uni, » lui a-t-elle répondu. « Eh bien, vous n’en avez pas vraiment l’air! », a lancé le prince en rigolant avant de continuer sa route.

Choquée, la jeune femme a publié une lettre ouverte sur le site du Guardian. « Peu importe ce que le prince a voulu dire, je me suis sentie humiliée », explique Anita Sethi. « Mais par-dessus tout, je regrette que tant d’ignorance circule dans les chambres du pouvoir. Cette ignorance toujours bien présente dans la société. Que le chef d’une organisation représentant un tiers de la population mondiale pense que moi, une femme de couleur, je n’ai pas l’air de venir d’une ville britannique, cela me choque », fustige l’écrivaine.

Source : 7sur7

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire