Relance du dialogue politique: l’opposition républicaine écrit au ministre de l’Administration du territoire (copie)

Conakry, le 25 juillet 2016

A MONSIEUR LE MINISTRE DE L’ADMINISTRATION DU TERRITOIRE ET DE LA DECNTRALISATION

  Conakry

 Objet: Relance du dialogue politique

Monsieur le Ministre,

Nous vous remercions de l’accueil que vous avez réservé à notre délégation en vos bureaux le 22 juillet dernier ainsi que pour l’attention que vous avez bien voulu prêter à nos préoccupations.

Vous avez d’entrée de jeu, affirmé votre volonté d’inscrire, à l’avenir, la démarche de votre Ministère dans une dynamique de concertation permanente avec les partis politiques de toute obédience, dans le but d’éviter, autant que possible, les incompréhensions et les malentendus à la base des crises et des conflits.

En prenant acte de cette résolution exprimée par le premier responsable du département qui assure la tutelle administrative des partis politiques, nous vous avons réitéré notre attachement au Dialogue qui, de notre point de vue, est la voie idoine de sortie de crise. Nous avons rappelé que de nombreuses manifestations ont été organisées par l’opposition républicaine dans le but d’établir avec les autorités publiques un dialogue sérieux et franc, susceptible de décrisper le climat politique, de renforcer la paix civile, d’ aider à l’enracinement de la démocratie et de contribuer à l’amélioration de la gouvernance.

Notre délégation a réitéré les positions suivantes relativement à la relance du dialogue politique:

– les nombreux revirements des autorités autour des conclusions des dialogues précédents en 2012, 2013, 2014 et 2015 ont conduit, tantôt à la non-application des décisions convenues, tantôt à leur négation pure et simple par le Gouvernement et sa mouvance politique ;

– l’aggravation continue du déficit de confiance entre l’opposition et le pouvoir complique la reprise du dialogue en l’absence de garanties sérieuse émises par le Président de la République quant à sa volonté politique réelle de s’impliquer effectivement dans le déroulement serein de cette concertation et dans l’application, par toutes les institutions concernées, des résolutions qui peuvent en résulter ;

– l’incertitude totale qui entoure tant le cadre de dialogue (participants, présidium, médiateurs et observateurs) que l’ordre du jour ne peut permettre l’ouverture d’un Dialogue sérieux avant que ces questions qui conditionnent sa réussite ne soient résolues.

Sur ce dernier point, nous vous avons présenté les suggestions suivantes:

– les participants au dialogue devraient être d’une part, les partis politiques réellement membres de l’opposition et d’autre part, la mouvance présidentielle (gouvernement et partis politiques membres de la majorité présidentielle)

– le présidium devrait comprendre une personnalité consensuelle choisie pour son indépendance et son expérience assistée des deux médiateurs retenus par les deux parties

– la communauté internationale représentée en Guinée et la société civile pourraient prendre part au dialogue en qualité d’observateurs et de témoins

Quant à l’ordre du jour, les partis politiques de l’opposition, après concertation, souhaitent qu’il soit composé des points essentiels ci-après :

1- calendrier et modalités de mise en œuvre des dispositions convenues dans les         accords politiques antérieurs et notamment dans celui du 20 aout 2015 ;

2- organisation des élections communales et locales ;

3- application du principe de la flexibilité des prix des produits pétroliers (réduction     du          carburant à la pompe) ;

4- libération des détenus politiques (militants de l’opposition de Koundara, Banankoro et         garde rapprochée du Président de l’UFDG) ;

5- mise en place de la Haute Cour de Justice ;

6- fonctionnement de l’Assemblée nationale et des autres institutions               constitutionnelles.

Aussitôt que les conditions seront réunies, l’opposition sera disposée à participer à tout dialogue susceptible de contribuer à la décrispation du climat politique et à la qualification de la gouvernance du pays.

L’opposition, soucieuse de la préservation de la paix et de la cohésion sociale, estime que cet objectif ne peut être atteint qu’en créant un climat de confiance et en assurant une transparence totale au processus électoral tout en veillant au respect des libertés démocratiques et à l’amélioration de la qualité de la gouvernance, dans le respect de la Constitution et des Lois.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour l’opposition républicaine

Le Porte-parole

 

 

 

ABOUBACAR SYLLA

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire