Sékhoutouréya : quand Capi charge Malick Sankhon et Kiridi devant Alpha Condé

La rencontre au palais Sékhoutouréya allait être discrète entre le président Alpha Condé et les cadres de la Basse côte si les plus rusés n’avaient pas tenté de dénoncer les caciques de la région. Samedi dans l’après-midi, à la demande du président Condé -peu avant son départ pour la Turquie-, des cadres majoritairement de la Basse côte ont librement donné leurs points de vue sur les querelles -byzantines- autour du Premier ministre Kassory.

Ibrahima Capi Camara, proche du Premier ministre et actuel directeur général de l’Office guinéen de publicité (OGP), sans détours, a directement accusé Malick Sankhon de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) et le ministre secrétaire général à la Présidence de la République Naby Youssouf Kiridi Bangoura d’être ceux qui déstabilisent Kassory Fofana, l’empêchant de mener à bien sa mission.

Au tour de Malick de parler, il a balayé d’un revers de la main les accusations de Capi. Pour lui, s’il voulait déstabiliser Kassory, il n’allait jamais l’appeler au téléphone.

Selon nos informations, séance tenante, Malick Sankhon a rappelé le nombre de fois qu’il a tenté -en vain- de joindre Kassory Fofana. « Une fois, j’étais obligé de joindre sa femme (fonctionnaire à la CNSS, ndlr). J’ai dit à cette dernière que je n’appellerai plus ton mari », dit M. Sankhon.

Alpha Condé qui dit ne pas comprendre que des cadres de la Basse côte se liguent contre Kassory a demandé aux sages de la région de reconcilier leurs fils. Il a ensuite dénoncé Moalim, un proche de Kassory de jouer au fourbe entre les ministres Cheick Taliby Sylla et Oyé Guilavogui, tous de Kindia.

A la fin de la rencontre, Capi Camara, selon nos sources, est revenu vers Malick pour lui serrer la main. Ce dernier, a-t-on appris, a simplement ignoré la main tendue du jeune politique.

Focus de Mediaguinee

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire